Une Déesse descendue de l'Olympe au Salon de l'auto

PalexpoPremier jour d'ouverture contrasté, entre orateurs inspirés et effervescence studieuse à l'entrée. Reportage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mine conquérante des gens qui ont mis leur réveil à l’aube; le corps enthousiaste et concentré sur un seul but: l’ouverture officielle du Salon de l’auto. Mieux qu’un portillon de départ pour athlètes d’élite. Cette discipline collective, dans le couloir des pas perdus de Palexpo, impressionne une fois de plus. Combien sont-ils à pile 10 h, au moment où s’ouvrent les grandes portes coulissantes des entrées principales? Plusieurs milliers assurément.

Cette masse humaine s’ébroue comme un peloton de coureurs à pied, avant de se laisser aspirer par les escalators. Compétition masculine: les secteurs de la construction automobile ont envoyé tous leurs âges, des apprentis, venus par classes entières, aux retraités. Ils parlent français et allemand, italien et anglais. Une Babel au vocabulaire spécialisé. Le petit peuple, lui, n’arrivera qu’à la mi-journée.

Entre ces deux moments forts d’un visitorat sans surprise, la partie officielle se joue également en deux temps. Dans la salle des congrès, une tribune pour trois orateurs. Déclinaison classique: le président de la manifestation, Me Maurice Turrettini, lance 45 minutes de discours consistants et instructifs. L’homme aime citer les chiffres qui lui donnent raison. Ceux du jour rappellent les compétences requises dans l’organisation des grandes expositions universelles.

«900 bijoux»
Ainsi, la veille et l’avant-veille, pour les journées presse, 10'740 représentants des médias ont fait le déplacement de Genève, capitale mondiale de la voiture pendant onze jours et deux week-ends. Un total de 180 exposants pour «900 bijoux» tournant sur eux-mêmes (pas tous), dans un écrin soigné comme une cérémonie olympique (le stand scénographié d’un grand constructeur français tient, à lui seul, dans douze semi-remorques).

Aux chiffres qui en imposent, le président du Conseil d’Etat, François Longchamp préfère les références littéraires. Il cite l’écrivain et essayiste Roland Barthes, faisant en 1957 l’éloge de la nouvelle Citroën dans un texte resté fameux. Une façon de convoquer le passé pour nous annoncer que quelque chose est en train de changer au présent. «Les voitures aujourd’hui, ne sont plus comme des dieux qui descendent de l’Olympe. Pour séduire, elles doivent être sympathiques et pas seulement prestigieuses.»

Soit. La sympathie du gros 4X4 dont les ventes continuent à flamber en Suisse reste à expliquer, surtout auprès des nouvelles générations. «Le permis de conduire n’est plus le sésame de l’émancipation juvénile. L’acheteur moyen d’une voiture neuve a 55 ans», poursuit François Longchamp, d’une voix ferme et peu vendeuse.

La bonhomie du sage
Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann se risque sur un terrain jusque-là délaissé: celui de la bonhomie. Il arrive, précédé de sa réplique d’anthologie, «le rire, c’est bon pour la santé», qui lui valut cet accueil chaleureux de Barack Obama à la Maison-Blanche: «I know you». Cette popularité planétaire ne donne pas un surcroît de travail à ses garde-du-corps. Lors du cortège officiel à travers les stands, rares sont les visiteurs qui détournent leur attention sur le représentant de la plus haute autorité exécutive du pays.

Ils ont mieux à regarder: des bolides montrant leurs jupes aérodynamiques sur des tournettes à 360 degrés. L’extérieur étourdit, l’intérieur fascine. Le tableau de bord de la Citroën vintage ressemblait à «l’établi d’une cuisine moderne», notait Barthes dans les années 50. Celui de ce prototype à l’entrée de la halle 6 est taillé dans un lingot d’or.

«Du merveilleux visuel subissant l’assaut du toucher». Me Turrettini a raison de conclure que les réseaux sociaux ne remplaceront jamais cette forme de «sensualité qui, dans un Salon de l’auto, ne se transmet que sur place». On a oublié la chute de l’orateur venu de Berne: «Switzerland first». Yeees! (24 heures)

Créé: 09.03.2017, 17h34

Articles en relation

Le 87e Salon de l'Auto ouvre ses portes au public ce jeudi

Genève Testez vos connaissances avec notre quiz sur le Salon International de l'Auto de Genève. Plus...

L’âge d’or des 4x4 et du diesel en Suisse

Salon de l’auto Jamais les Helvètes ont autant acheté de voitures. Les grosses carrosseries et les moteurs diesel ont le vent en poupe. Plus...

Le style prend sa revanche sur la technique au Salon de l'Auto

Industrie Le plus grand salon automobile d’Europe ouvre ses portes au public jeudi. Visite guidée des dernières tendances. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Match sans merci pour les médias électroniques, paru le 21 juin
Plus...