Martin Becka saisit Dubaï dans les ténèbres du temps

PhotographieAu Musée de l’appareil photo de Vevey, le capteur à l’ancienne présente des images singulières de la ville des Emirats.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A première vue, sa série Dubai Transmutations semble issue d’une bobine inédite du Metropolis de Fritz Lang, film culte de l’expressionnisme allemand sorti en 1927. «C’est le cinéaste que je préfère, ça fait plaisir», s’amuse Martin Becka, photographe d’origine tchèque établi à Paris depuis des décennies. «On me l’a déjà fait remarquer. C’est dans le rapport entre l’humain et le construit, même si l’humain reste ici invisible en raison des temps d’exposition. Il y a là un jeu qui relève un peu de la science-fiction.»

Commentant son film, que lui avait inspiré la ville de New York visitée en 1924 lors de grosses chaleurs, Fritz Lang avait senti dans la mégapole «un creuset des multiples et confuses forces humaines», ajoutant: «Les immeubles semblaient être comme un voile vertical, scintillant et très léger, comme un décor luxueux, suspendu dans un ciel sombre pour éblouir, distraire et hypnotiser.»

On arrêtera la comparaison ici car tel n’est pas le propos de Martin Becka, mais elle demeure troublante et entre facilement en résonance avec sa démarche singulière. Il documente le très contemporain gigantisme architectural de Dubaï à l’aide de procédés photographiques – le négatif sur papier ciré – bien plus anciens que le film du cinéaste allemand, puisque mis au point en 1851 par Gustave Le Gray. «Les projets architecturaux de Dubaï portent aussi l’affirmation de la place d’une civilisation et ressuscite peut-être le mythe de Babylone.»

Jouer avec les temporalités, brouiller les pistes des repères historiques, fascine le photographe de 59 ans, qui ne ménage pas sa peine pour réactiver des techniques presque totalement périmées, qui obligent parfois leur auteur à reprendre les défauts à l’encre de Chine ou au crayon. «Ces procédés anciens permettent de plier le temps dans tous les sens. Je cherche un ressenti. Un monde défini jusqu’au dernier pixel ne m’intéresse pas. C’est aussi un clin d’œil aux vieilles photographies des pyramides égyptiennes, ces images du pourtour méditerranéen prises avec ces techniques.»

Concrètement, il a fallu transporter un laboratoire sur place – 2m3 de matériel tout de même! – puis suivre le rythme qu’instaure cette technologie vieille de plus d’un siècle et demi. «C’est aussi un éloge de la lenteur dans un monde où tout va très vite. J’assume totalement ce décalage, je le revendique car il est très utile au moment où l’accélération de la technologie confond parfois rapidité et précipitation, abandonnant la réflexion pour aboutir à la confusion.»

120 images en cinq semaines

Après son séjour de cinq semaines à Dubaï, où il est arrivé bardé d’autorisations – ce qui ne lui a pas épargné quelques ennuis parfois –, ce manieur d’antiques chambres boisées n’est reparti qu’avec 120 images. C’est-à-dire des négatifs de la même taille que l’épreuve qui en est tirée par contact sur des papiers dont la qualité peine souvent à satisfaire ce «chimiste» de la photo. «Et je n’en ai gardé que 40 pour la série globale», revendique celui qui a commencé à se frotter à ces vieilles techniques le jour où, dans sa jeunesse, les films noir et blanc ont soudainement doublé de prix.

Une erreur à ne pas commettre serait de cantonner le travail de Martin Becka à un passéisme formellement réussi. Ses triturations entre objets contemporains et visions surannées posent des questions qui fascinent cet ancien de la presse préoccupé par la question fondamentale de l’urbanisation planétaire. «Mais je n’ai pas les réponses.» Vertiges. (24 heures)

Créé: 16.03.2015, 10h37

L'expo

Vevey, Musée suisse de l’appareil photographique
Jusqu’au 21 septembre
Rens.: 021 925 34 80
www.cameramuseum.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Angela Merkel lève son opposition au mariage gay, paru le 28 juin
(Image: Bénédicte?) Plus...