Le Montreux Jazz s’achève en demi-teinte

BilanLa 51e édition du Festival peinera à trouver l’équilibre financier, malgré la bonne tenue de ses innovations.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le soleil était radieux derrière la baie vitrée, ce vendredi après-midi, promesse d’un dernier week-end montreusien riche en bières et victuailles. Il faudra bien cela pour équilibrer une 51e édition sur le fil, dont la dernière soirée, devrait permettre de franchir la barre des 90'000 spectateurs payants depuis le 30 juin. Un score supérieur à 2014 et à son été pourri (87'000 spectateurs) mais inférieur aux deux années suivantes (92'000 et 95'000).

«Nous avons eu quelques déceptions sur des soirées qui devaient faire le plein, comme Phoenix et Brian Wilson», résume Mathieu Jaton. «C’est frustrant car la billetterie a pris l’ascenseur durant tout le festival, mais elle a démarré trop tard, notamment en Suisse alémanique, qui représente 40% de nos ventes.»

Plébiscite des lieux originaux
Parmi les satisfactions, le directeur pointe les nouveautés structurelles, comme l’agrandissement des terrasses le long des quais, la bonne tenue du Jazz Club et le succès du concept Out of the Box proposant des concerts en des lieux originaux. Une piste à creuser vers plus de transversalité à travers la région, et donc un moins grand formatage autour des seules salles du Centre de Congrès? «Je ne dis ni oui, ni non. Cela montre en tout cas que l’intérêt existe pour des concerts dans des endroits chargés d’atmosphère et uniques, ce qui fait l’ADN du festival.»

Mathieu Jaton se félicite aussi qu’un jeune public ait plébiscité des concerts moins «stars» au Stravinski, comme ceux de London Grammar ou Passenger. Un constat qui n’épuise pas pour son directeur l’option «glamour» du MJF, dont certains onéreux représentants ont déçu la critique — Pet Shop Boys, Usher, Phoenix. Le festival affiche un budget de 28 millions de francs.

(24 heures)

Créé: 14.07.2017, 17h11

Articles en relation

«Je devais jouer à la guitare mais c’est ma voix qui a plu»

Interview Voix soul loin des artifices muséaux, Michael Kiwanuka parlait Nirvana, Clapton et skateboard quelques heures avant de jouer en vedette au Lab du Montreux Jazz. Plus...

Un Yello doré sur tranche au Montreux Jazz

Critique Le fameux duo suisse jouait ce mercredi soir au Lab. Une occasion rare de les entendre en live, trop propre. Plus...

A vos papilles au Montreux Jazz Festival!

Bons plans Magret de canard, viande grillée ou pain perdu? «24heures» a testé cinq stands du Montreux Jazz. Plus...

Brian Wilson, souvenir ou fantôme?

Critique A Montreux dimanche, le plus grand mélodiste des sixties a tenté de faire revivre la magie de son chef d'oeuvre, "Pet Sounds" Plus...

Premier orgasme au Montreux Jazz Festival avec Grace Jones

Critique Diva exubérante, la chanteuse a poussé son cri, nue et fascinante, devant un parterre poliment émoustillé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...