Facebook censure une vidéo de Yoann Provenzano

Propriété intellectuelleLe réseau a bloqué l’humoriste pour une caricature d’Ed Sheeran. Retour sur ce qui est permis (ou pas) par les diffuseurs numériques.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’humoriste de Villeneuve Yoann Provenzano est bien connu pour ses personnages caricaturaux, qu’il diffuse sur YouTube ou Facebook, ou qu’il fait vivre sur scène comme la semaine prochaine au Maxi-Rires de Champéry. Par exemple celui de MC Terkuït, un Albanais à l’accent prononcé, qu’il incarne dans l’une de ses dernières vidéos. Il y parodie la chanson d’Ed Sheeran Shape of You qui devient The Shqip of You . Jeu de comédien, paroles de la chanson réécrites et chantées en français, clip vidéo différent de la chanson originale… il s’agit bien d’une parodie. Pourtant, le week-end dernier, l’humoriste a reçu un message de Facebook, l’avertissant que sa vidéo avait été supprimée et qu’il ne pourrait plus accéder à sa page d’artiste pendant trois jours. La raison avancée? Un internaute a signalé le contenu au réseau social, via la section 512 (c) du Digital Millénium Copyright Act (DMCA), une loi américaine qui autorise la suspension de tout contenu qui violerait des droits d’auteurs.

A lire: Le portrait de l'humoriste veveysan

Le cas de l’humoriste suisse est loin d’être isolé. Par exemple, au Royaume-Uni, la chanteuse Samantha Harvey s’est vue retirer 45% de ses vidéos de reprises publiées sur Facebook, selon le média spécialisé dans l’industrie musicale Music Business WorldWide. La jeune chanteuse a annoncé le problème à ses fans dans une vidéo sur le réseau social. Mais elle a trouvé une parade: publier ses reprises sur YouTube. En effet, selon Ari Herstand, auteur du livre How To Make It in the New Music Business, YouTube est une plate-forme sur laquelle les majors, maisons de disques principalement américaines, autorisent à diffuser du contenu, y compris s’il s’agit de reprises proposées par des internautes.

La Raison? YouTube est une plate-forme monétisable, plusieurs cadres de redistribution (à l’efficacité polémique) permettant un reversement des droits aux éditeurs, labels ou musiciens en faisant la démarche. Ce qui n’est pas le cas de Facebook, qui supprime régulièrement les vidéos et bannit temporairement ceux qui les diffusent, voire définitivement s’ils recommencent.

«Je ne comprends pas, ce n’est pas du vol, c’est une parodie et je suis de loin malveillant à l’égard de l’artiste»

Interloqué, l’humoriste suisse ne comprend pas ce traitement. «J’ai justement utilisé une bande-son karaoké de la chanson issue de YouTube. Je l’ai fait exprès pour ne pas porter atteinte aux droits d’auteurs. J’ai réalisé une parodie et maintenant, je vois qu’il est impossible de faire recours auprès de Facebook», confie-t-il. Sur Instagram, il a annoncé le problème auprès de ses fans en expliquant: «Je ne comprends pas, ce n’est pas du vol, c’est une parodie et je suis de loin malveillant à l’égard de l’artiste! […] Vous êtes une communauté qui me soutient depuis longtemps et aujourd’hui j’ai besoin de vous.» Dans la foulée, il lance le hashtag #JeSuisEdXherdan pour demander à ses fans de le soutenir.

La version originale

Mais comment s’explique la plainte? Une interprétation de la loi américaine DMCA, appelée fair use doctrine, autorise bel et bien à reprendre une bande son, originale ou karaoké, pour un usage non commercial et parodique. Ce qui est le cas de Provenzano puisque, sur Facebook, les vidéos ne sont pas monétisées. Cependant, selon Ted Roe, avocat spécialiste de la propriété intellectuelle aux États-Unis, «la manière la plus efficace de prouver qu’il y a recours au fair use doctrine est de passer devant une cour fédérale». Ce qui s’annonce comme une démarche compliquée pour l’humoriste suisse…

Travail légitime

L’origine de cette erreur de signalement est un spécialiste américain du département antipiratage d’Universal Music Group. Les droits de Shape of You appartiennent en effet à Atlantic Records, filiale du groupe Warner Music Group. Ce spécialiste qualifié (il a été choisi comme expert au congrès de l’Organisation mondiale des douanes de 2009) a jugé bon de signaler la vidéo de Provenzano. Il a en effet l’habitude demander à Facebook de supprimer des reprises de chanson, dont il s’est fait une réputation. Mais, autant les simples reprises peuvent être interprétées comme une violation des droits d’auteurs en passant devant un juge américain, autant les parodies comme celles de Provenzano – travail de création artistique sur une bande-son karaoké – est légitime aux yeux de la doctrine fair use. Il s’agirait donc d’un signalement abusif.

Le réseau social a immédiatement appliqué la sentence, comme il le fait à chaque fois, et la page de Provenzano a été bloquée pendant trois jours. «C’était la vidéo qui a le mieux marché sur ma page, se désole ce dernier. J’avais atteint 550 000 vues. Maintenant, j’ai peur de faire d’autres parodies et d’être à nouveau banni.» (24 heures)

Créé: 18.05.2017, 18h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Roger Moore nous a fait faux bond», paru le 27 mai 2017.
(Image: Valott) Plus...