Inventeur du film gore, Romero est mort

Hommage Sa trilogie des morts-vivants aura marqué l’histoire du cinéma.

George A. Romero était le maître des Zombies.

George A. Romero était le maître des Zombies. Image: AP/Amy Sancetta

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a clairement un avant et un après Romero. Il est le cinéaste par lequel le cinéma de zombies acquit un statut de genre à part entière. Décédé le dimanche 16 juillet à 77 ans d’un cancer du poumon, George A. Romero s’était fait les dents avec des courts-métrages avant de bricoler, à coups d’emprunts et de fonds propres, un premier long-métrage. En 1968, La nuit des morts-vivants impose un mélange de brutalité qui prend aux tripes –?le cinéma gore n’existe pas encore, mais le film en est en quelque sorte la matrice – et de pessimisme désenchanté. Le film devient culte, fait école et rapporte plusieurs millions de dollars alors qu’il n’en a coûté que 120 000. C’est d’ailleurs l’une des premières fois que le zombie apparaît sous la forme d’un cadavre titubant, assoiffé de chair humaine, représentation que le cinéma gore (et même les séries) ne cessera de reproduire par la suite.

En 1978, le maître signe un second chef-d’œuvre, et surtout le deuxième volet d’une trilogie essentielle dans le film d’horreur. Zombie, parfois exploité sous le titre Le crépuscule des morts-vivants, pulvérise le genre en prolongeant le principe destructeur à l’œuvre dans La nuit des morts-vivants. Les morts-vivants prolifèrent et ont envahi la planète. L’humanité est aux abois et un groupe tente de trouver refuge dans un centre commercial désert pour l’une des séquences les plus célèbres de tout le cinéma d’horreur. Le sang gicle, les cervelles éclatent, les tripes explosent. Critique subversive de la société de consommation, le film rencontre d’ailleurs quelques problèmes, subit plusieurs montages, sort dans différentes versions et est même censuré en France jusqu’en 1983. Romero, lui, reste fidèle aux morts-vivants. En 1985, il signe l’ultime volet de la trilogie, le sublime Day of the Dead. Moins dérangeant, son ultime film, Survival of the Dead, aura même les honneurs d’une sélection à Venise en 2009.

(24 heures)

Créé: 17.07.2017, 17h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...