Une BD «santé sexuelle» pour mieux célébrer la St-Valentin

PréventionLa brochure «Santé sexuelle: histoires d’en parler » présente plusieurs situations de la vie courante sous forme de bandes dessinées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Qu'offrez-vous à l'être aimé à la Saint-Valentin? Un bouquet de roses? Un bon repas? Des petits mots doux? Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont choisi la fête des amoureux pour ouvrir un site dédié (www.santesexuelle-ge.ch) et diffuser une BD et la liste des nombreux acteurs qualifiés sur le sujet: 7500 exemplaires qu'on pourra trouver dans les cabinets médicaux, auprès des antennes de l’Hospice Général et des centres sociaux.

Pour le groupe qui a planché sur le document et cite plusieurs études, la sexualité est omniprésente dans les médias, mais peu abordée avec des professionnels du social ou de la santé. Un paradoxe que la brochure de la Saint-Valentin doit contribuer à lever. Seuls 10% des hommes et 20% des femmes parlent de leur comportement sexuel avec leur médecin, a montré l’étude «le sexe en Suisse» menée par sondage en ligne auprès de 30'000 personnes en 2016 par l'Institut SOTOMO.

En 2016, 1,5% des personnes venues consulter ont été orientées par un service social, et 2,5% par un médecin privé. Trop peu, estime le groupe interinstitutionnel genevois de promotion de la santé sexuelle. Il ne dit pas quel devrait être le bon taux, mais il a décidé de briser l'omerta d'où la brochure «Santé sexuelle: histoires d’en parler ». Elle présente plusieurs situations de la vie courante sous forme de bandes dessinées.

Quel rapport avec la St-Valentin? La santé sexuelle peut se décliner au quotidien avec son amoureux-se, mais aussi avec des professionnels, résume un communiqué de presse diffusé lundi. Et pas seulement lorsque des problèmes importants surgissent, mais aussi simplement lorsqu’on reste avec un inconfort, une gêne, des questions non résolues. La santé sexuelle n’est pas qu’une affaire de performances physiques : c’est aussi un état d’être, une identité, avec ou sans amoureux-se.

L’unité de santé sexuelle et planning familial pilote le projet et coordonne les collaborateurs de terrain des institutions suivantes : unité de santé sexuelle et planning familial –HUG ; Service du médecin cantonal, secteur prévention et promotion de la santé –DEAS; Servicede santé de l’enfance et de la jeunesse (SSEJ) – DIP; Unité VIH/Sida – HUG; Consultation dedermatologie et vénérologie – HUG; et les associations Première Ligne, Groupe sida Genève, Boulevards et Dialogai. (24 heures)

Créé: 13.02.2017, 19h32

Articles en relation

Les pratiques sexuelles des Suisses sous la loupe

Enquête Le Blick a mené l'enquête sur ce qui se passait sous la couette des Helvètes. Les préférences ne sont pas les mêmes selon les régions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...