La Lausannoise Sandor bénéficie d’un buzz rare

MusiqueSeulement armée d’un 4 titres, Sandor exporte sa chanson synthétique vers les hauts lieux de la pop francophone.

En quelques mois, et avec une poignée de concerts, la Lausannoise a flatté l’attention de plusieurs festivals francophones de renom.

En quelques mois, et avec une poignée de concerts, la Lausannoise a flatté l’attention de plusieurs festivals francophones de renom. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur le papier, la liste des concerts faits et à faire est un sans-faute. Printemps de Bourges, Nuits Botaniques à Bruxelles, Transmusicales de Rennes, festival Les femmes s’en mêlent à Paris, Paléo… Avec un synchronisme rare, la francophonie pop a adopté en quelques mois une discrète chanteuse lausannoise, promue nouvel espoir au registre d’une chanson gorgée de néoromantisme eighties et synthétique. Elle a choisi Sandor comme pseudo, plutôt comme armure: pas question de citer son vrai patronyme ou de fouiner de l’autre côté du miroir. «Je veux cloisonner ma vie privée et publique. Mais Sandor, c’est moi, au plus près. Ce n’est pas un rôle que je m’impose. Venue d’une éducation assez stricte, traditionnelle, j’ai souffert de la politesse comme d’une forme de soumission. Je me suis libérée de ça il y a quelques années. Sandor, c’est aussi cette personne affranchie.»

A 35 ans, la Valaisanne d’origine vient au monde artistique avec l’assurance des grandes méticuleuses. Son répertoire d’une douzaine de chansons en français – dont quatre garnissent Bar de nuit, un premier quatre-titres destiné à la promotion – a été composé vers 2013! Seule chez elle, la fan de chanson française comme d’electro-rock a couché sa voix sur fichiers numériques, brodant de sombres motifs à la texture synthétique. «J’ai aimé certaines choses des années 1980 mais j’espère que je ne me résume pas à ce son. Dans ma famille, on écoutait beaucoup Véronique Sanson, Michel Berger, Serge Gainsbourg. Plus tard, j’ai choisi d’écouter des trucs plus durs, comme Nine Inch Nails ou Marilyn Manson. J’aurais aimé créer une musique dans ce genre. La chanson française, je trouvais ça un peu ringard, mais c’est tout ce qui sortait quand je composais. Alors j’ai choisi d’assumer.»

Quatre années plus tard, Sandor organise sa mue. «Quatre années de travail», corrige-t-elle. «J’ai préparé mes arrangements avec Maxime Steiner et Jérémie Duciel. On a aussi beaucoup bossé le live, je voulais arriver avec quelque chose de bien.» Aujourd’hui, l’équipe est attendue dans les festivals les plus prestigieux, avec seulement une poignée de concerts à son actif. Leur troisième performance fut à Lausanne en ouverture de Jeanne Added, tête de proue d’une scène branchée-genrée dans laquelle on glisse facilement Sandor (un nom inspiré d’un aristocrate hongrois et travesti) aux côtés de l’inévitable Christine & The Queens. «Je suis contente de faire partie de cette vague-là, même si la mode est destinée… à passer de mode. Je ne me fais pas un milliard d’illusions, je vis le moment et j’ai un monstre plaisir.»

Attentes à honorer

Si le buzz se matérialise en succès, la Lausannoise se verrait bien mettre entre parenthèses son job dans l’éducation et tenter sa chance, «quelques années, pourquoi pas à Paris». Pour l’heure, elle avance au quotidien, précautionneuse dans sa démarche artistique comme dans la gestion de son image. «Il y a beaucoup d’attentes qu’il faut honorer. Je suis bien entourée mais je dois me professionnaliser encore. Chaque nouvelle situation est inconnue, il faut prendre rapidement les bonnes décisions», dit-elle après avoir hésité entre une bière blonde et brune, qu’elle descend ensuite effectivement avec une absence d’hésitation qui force le respect.

(24 heures)

Créé: 05.04.2017, 10h34

Infos

En concert à Paléo, 23 juillet www.sandormusic.com

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...