On succombe toujours aux émois de «La bohème»

OpéraL’œuvre de Puccini revit à Lausanne dans la mise en scène sobre et poétique de Claude Stratz. Triomphe du ténor Giorgio Berrugi

Mimi (Emily Dorn) se meurt au chevet de Rodolfo (Giorgio Berrugi) sous le regard de ses amis.

Mimi (Emily Dorn) se meurt au chevet de Rodolfo (Giorgio Berrugi) sous le regard de ses amis. Image: Marc Vanappelghem

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a parfois à l’opéra des détails imprévus qui, mystérieusement, subliment une scène, libérant toute l’émotion jusqu’ici diffuse. Ainsi, dimanche à l’Opéra de Lausanne, la mise en scène de La bohème de Puccini par Claude Stratz déroulait ses habituelles séductions. Il y a évidemment un plaisir à retrouver pour la troisième fois ce spectacle intelligent, fidèle à l’esprit du livret, allégé par l’esthétique minimaliste des décors d’Ezio Toffolutti. Même rehaussé par une distribution plus qu’honorable, le spectacle donnait l’impression, dans ses deux premiers tableaux, de rouler sur des rails.

Certes, on repère immédiatement un quatuor de «bohémiens» très en verve. Vittorio Prato (Marcello), Luigi de Donato (Colline), Benoît Capt (Schaunard) et Giorgio Berrugi (Rodolfo) font des «crève-misère» plutôt bien sapés, mais deviennent de vrais larrons en foire dans un Quartier latin envahi par la foule bariolée du Chœur et de la Maîtrise du Conservatoire. Giorgio Berrugi incarne un Rodolfo idéal, au timbre généreux, subtil et chaleureux. A ses côtés, Mimi (Emily Dorn) semble empruntée par tant d’éloquence et de facilité. Heureusement, elle aborde avec bien plus d’aplomb, de justesse et d’émotion sa déchirure au 3e tableau et sa discrète agonie au 4e.

Mais, juste avant que Mimi ne remonte dans la mansarde, le poète et son ami peintre songent à leurs amours perdues. Au moment où Rodolfo murmure sa plainte – «O Mimì, tu più non torni» – un dernier flocon de neige égaré de l’acte précédant tombe à travers le toit.

En le voyant tourbillonner, on comprend soudain qu’il annonce, comme un leitmotiv déchirant, à la fois le retour et la mort de Mimi. Fin en apesanteur grâce au doigté de Frank Beermann soulevant l’OCL. (24 heures)

Créé: 20.03.2017, 17h26

Infos

Lausanne, Opéra
Me 22 (19 h), ve 24 (20 h), di 26 (15 h), me 29 (19 h). Rens.: 021 315 40 20
www.opera-lausanne.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Roger Moore nous a fait faux bond», paru le 27 mai 2017.
(Image: Valott) Plus...