Le touche-à-tout mélange les genres

ScèneRedouanne Harjane marie l’absurde à l’humour dans son «Nouveau spectacle», sur la scène du Métropole vendredi. Portrait du protégé de Jamel Debbouze.

Redouanne Harjane au Montreux Comedy


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J’ai jamais compris le concept d’apporter des fleurs aux personnes dans le coma. C’est quoi, le truc? Ils rêvent qu’ils sont jardiniers.» Le ton est donné. Dans son dernier seul en scène, sobrement intitulé Nouveau spectacle , Redouanne Harjane assume un humour absurde, qu’il livrera au public lausannois vendredi soir sur la scène du Métropole. Le trentenaire originaire de Metz se définit comme un «mec de sa génération». «La vie de couple, l’argent… l’argent, c’est la première source des problématiques dans le monde et dans nos vies. Comment se loger? Comment se passe l’arrivée à Paris quand on vient faire des spectacles? Je parle de tout ça, je n’invente rien. C’est ma vision du monde», confiait-il récemment au journal L’Union. Le stand-up anglo-saxon l’inspire mais aussi les Devos, Montand ou Cassel, capables, comme lui, de jongler entre la chanson et le cinéma.

C’est grâce à Jamel Debbouze, qui le découvre lors d’une scène ouverte du Jamel Comedy Club, que sa carrière décolle, en 2010. Le jeune homme a fait ses premiers pas de comédien au Conservatoire national de Metz puis au Cours Simon, à Paris. Il bifurque ensuite vers la musique et étudie la guitare à l’Ecole de jazz de Nancy. Depuis, son instrument fétiche l’accompagne toujours sur scène. Autre signe distinctif du musicien humoriste: son chapeau. «C’est un bon équilibre entre le costume de scène et le smoking. Ça montre la nonchalance de mon personnage, sa légèreté, sa façon d’être un observateur du monde, mais avec style.»

Après avoir assuré les premières parties du spectacle de Jamel Debbouze, il lance son premier one-man-show, Dans la tête de Redouanne Harjane, produit par son mentor. Il le rode dans divers festivals de la planète, de Montréal à Marrakech, sans oublier le Montreux Comedy ou Avignon.

Multiplie les expériences

Mais le Parisien d’adoption a la bougeotte et multiplie les expériences en mélangeant les genres. Il s’invite en 2012 sur France Inter dans On va tous y passer, animée par Frédéric Lopez, où il dresse le portrait d’un invité en chanson. Le petit écran l’accueille également avec une chronique dans l’émission Le supplément, sur Canal+, dirigée à l’époque par Maïtena Biraben. Il tourne un épisode de Bref et collabore en 2016 à la websérie déjantée déclinée en six épisodes Les dessous du rock avec son pote le rappeur Oxmo Puccino.

Sur grand écran, le touche-à-tout apparaît dans une série de films, L’écume des jours , Prêt à tout , entre autres, et tient le premier rôle du prochain long-métrage de Sara Forestier, M . Il y campe un pilote kamikaze qui risque sa vie à chacune de ses courses automobiles clandestines. Et l’acteur a donné de sa personne: «J’ai dû faire de la boxe pendant six mois, passer mon permis en accéléré pour conduire des bolides à pleine vitesse et perdre 17 kilos.» (24 heures)

Créé: 20.04.2017, 15h01

Lausanne, salle Métropole

Ve 21 (20 h)
Rés.: Ticketcorner.ch
www.sallemetropole.ch


Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les Suisses dindons de la farce du roaming, paru le 24 juin
(Image: Valott) Plus...