La Une | Vendredi 24 octobre 2014 | Dernière mise à jour 10:15
WEF 2013

Zone euro et pays arabes sur des rythmes différents

Mis à jour le 25.01.2013 2 Commentaires

La zone euro devra cette année transformer l'essai après les mesures prises l'année dernière, a affirmé vendredi à Davos Mario Draghi, le président de la BCE.

1/49 Mario Draghi, président de la BCE. (25 janvier)
ap

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Dans le monde arabe en revanche, la situation syrienne reste bloquée et les dirigeants ont demandé du temps avant d'achever les réformes dans leurs pays.

Cette année sera celle de la «mise en œuvre» des mesures prises en 2012 pour la relance de l'euro, a souligné au Forum économique mondial (WEF) Mario Draghi. Et de la reprise économique en seconde partie d'année.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) a évoqué des «contagions positives sur les marchés financiers mais nous n'en avons pas encore vu la transmission dans l'économie réelle».

Un mécanisme unique de résolution en cas de faillite de banques sera proposé d'ici l'été prochain. Et celui sur la surveillance unique des banques devrait être mis en oeuvre en 2014.

Appel aux réformes structurelles

Mario Draghi appelle encore à des réformes structurelles, des conditions fiscales adaptées et à une action immédiate pour contenir les effets de la consolidation budgétaire, qui doit être poursuivie. Des mesures qui doivent permettre de renforcer la compétitivité.

Pour la vice-présidente de la Commission européenne Viviane Reding, ce rebond européen passe aussi par la présence des femmes dans les entreprises de l'UE. La progression des femmes dans les conseils d'administration des groupes cotés en bourse atteint 3% par an. Avant la législation européenne qu'elle a mise en place sur des contingents à compétences égales, elle s'élevait à 0,5 % par an.

La situation des femmes est également au coeur des discussions dans les pays du printemps arabe. D'importantes échéances auront également lieu cette année dans cette région. Les élections législatives doivent permettre d'achever l'établissement des institutions en Egypte, selon le Premier ministre Hesham Mohamed Qandil, qui s'exprimait deux ans après la révolution égyptienne.

Selon lui, la majorité des Egyptiens respecte les femmes. Il a en revanche reconnu les volontés différentes de plusieurs groupes dans la population égyptienne.

Demande liée au Proche-Orient

«Il y a encore beaucoup de chemin à faire» pour les libertés, a admis de son côté son homologue libyen Ali Zeitan. Il est facile de parler de démocratie, de droits humains ou d'amélioration du droit des femmes, a affirmé le Premier ministre libanais Najib Mikati. «Mais nous devons discuter de la manière pour atteindre» ces principes, a-t-il aussi dit.

«Les gens ont le droit d'attendre des changements significatifs» et les dirigeants doivent prendre en compte les valeurs sur lesquelles le printemps arabe s'est fait, a affirmé de son côté le Premier ministre palestinien Salam Fayyad.

A court terme, le roi Abdallah de Jordanie estime qu'il ne faut pas tarder à discuter de la solution des deux Etats dans le conflit israélo-palestinien après le résultat des législatives israéliennes.

Il affirme qu'il sera «trop tard» après la présidence de Barack Obama aux Etats-Unis. Le Hamas a revu ses positions de manière plus réaliste, a-t-il ajouté.

Mise en garde liée à la Syrie

Sur le printemps arabe en revanche, le roi de Jordanie estime que les réformes récentes dans son pays constituent une solution préférable à certains Etats, comme la Tunisie. Ces pays ont commencé par des élections, avant un difficile processus constitutionnel et de nouvelles élections.

En Syrie, le roi Abdallah a appelé à l'aide la communauté internationale pour les quelque 300'000 réfugiés syriens arrivés dans son pays depuis le début du conflit.

Il ne voit toutefois pas le régime de Bachar al-Assad chuter dans les prochains mois. Mais il faut déjà préparer un pacte de transition qui intègre tous les membres de la population et lutter contre l'arrivée de groupes radicaux sur le territoire syrien, selon lui.

L'Egypte estime elle qu'il faut parler avec des acteurs comme l'Iran, la Russie, l'Arabie saoudite ou elle-même pour tenter de trouver un accord en Syrie. (ats/Newsnet)

Créé: 25.01.2013, 21h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Olivier Fehr

26.01.2013, 06:36 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

«mais nous n'en avons pas encore vu la transmission dans l'économie réelle» C'est normal. Qui investira dans l'économie réelle sachant que les clients sont en manque d'argent? C'est trop risqué. Donc on "investi" dans les marchés financiers qui sont garantis par les banques centrales et ou on ne court aucune risque - jusqu'à ce jeux ce désintègre. Répondre


Marie-Louise Vuffray

26.01.2013, 16:43 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 1

Normal, la façon de faire des arabes au niveau calculs économiques et économie ne sont pas les mêmes . Leur état d'esprit non plu. Je ne vois pas comment il est possible de rejoindre 2 façons de penser opposées! Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Sondage

Les pays occidentaux devraient-ils intervenir militairement en Syrie?