La Une | Jeudi 24 juillet 2014 | Dernière mise à jour 21:33
Vêtements de sport

Plus de transparence, mais salaires toujours trop bas

Mis à jour le 19.11.2012

Une enquête montre que les marques de vêtements sportifs sont plus sociales. Mais près des trois quarts d'entre elles ne versent toujours pas de salaires décents.

En haut du classement trône toujours l’argovien Mammut.

En haut du classement trône toujours l’argovien Mammut.
Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Les marques de vêtements sportifs se montrent plus transparentes et sociales, à en croire la troisième enquête de la Campagne Clean Clothes (CCC). Sur 25 passées sous la loupe, elles ne sont toutefois que 7 à s’engager à verser un salaire décent.

Trois entreprises, dont les autrichiennes Kilimanjaro et Seven Summits, refusent en outre de fournir des informations quant à leurs conditions de production. Ce comportement laisse supposer que dumping salarial, horaires abusifs et répression des activités syndicales constituent le quotidien des travailleurs, souligne la Déclaration de Berne dans un communiqué publié lundi.

L'Argovien Mammut en tête

Globalement, du reste, l’industrie des activités de plein air présente des progrès en matière de responsabilité sociale. Sur 25 enseignes, 21 ont fourni des informations sur les normes en vigueur au long de leur chaîne de production. En haut du classement trônent toujours l’argovien Mammut et le zougois Odlo.

Ces deux marques font examiner depuis 2008 déjà, de manière indépendante, les conditions de travail et le respect des principes sociaux au cours de leur chaîne d’approvisionnement. Onze firmes, au total, ouvrent leurs portes pour vérification.

Code de conduite

Côté transparence toujours, plus des deux tiers des sociétés sondées disposent aujourd’hui d’un code de conduite accessible au grand public, contre un tiers seulement en 2010.

La CCC avait débuté en 2009, pour une amélioration des conditions de travail dans l’industrie textile. Elle ne porte pas sur les aspects «verts» de la production. A ce propos, Greenpeace avertissait, le mois passé, que les articles imperméables de sport et de plein air contenaient trop de produits chimiques nuisibles à la santé et l’environnement.

Chaque année, les sportifs européens dépensent près de 10 milliards de francs dans leur équipement. Avec une croissance annuelle grimpant jusqu’à 10%, le secteur des vêtements de plein air constitue l’un des principaux moteurs de l’économie, selon les données de la Déclaration de Berne. (ats/Newsnet)

Créé: 19.11.2012, 11h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Sondage

Si la vignette à 100 francs permet d'améliorer le réseau routier vaudois, l'accepterez-vous?




Sondage

Les pays occidentaux devraient-ils intervenir militairement en Syrie?