La Une | Samedi 23 août 2014 | Dernière mise à jour 13:01
Internet

Le financement participatif gagne la Suisse romande

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 24.04.2012 2 Commentaires

Avec un peu de retard sur la Suisse alémanique, deux sites de crowdfunding débarquent en terres romandes. Le moyen de financer son projet en faisant appel aux dons des internautes.

100-days.net se présente comme la toute première expérience du genre de ce côté-ci de la Sarine.

100-days.net se présente comme la toute première expérience du genre de ce côté-ci de la Sarine.

Liens

Le principe

Partager & Commenter

En français on parle de financement par la foule. Une manière pour toute entité ou individu de lancer son projet de start-up, d’aide humanitaire ou de CD en recourant aux donations d’une multitude d’internautes lambda.

Après avoir fait son nid aux Etats-Unis, le crowdfunding prend gentiment pied en Suisse romande. Pour l’heure, on parlera seulement de débuts. De plus, initiés en Suisse alémanique.

C’est le cas de wemakeit.ch. Une plateforme de levée de fonds en ligne dédiée au financement de projets artistiques. Soutenue par le centime culturel Migros et Pro Helvetia, elle a entamé sa carrière en février à Zurich et annonce son arrivée en terres romandes.

En retard

De son côté, 100-days.net se présente comme la toute première expérience du genre de ce côté-ci de la Sarine. C’est un autre exemple de crowfdunding. Parente de Ron Orp et sa newsletter de bons tuyaux, elle ratisse large.

D’origine alémanique elle aussi, la plateforme souhaite trouver financement pour tous types de projets. De la musique au film en passant par le design et les nouveaux produits. Le site héberge les projets durant cent jours, d’où son nom.

En matière de crowdfunding, difficile d’expliquer le retard pris sur la France et la Suisse alémanique par la Suisse romande. Sociologue à l’Université de Lausanne, Olivier Moeschler évoque une question de masse critique.

Le crowdfunding postule la multiplication de faibles sommes. Ce financement participatif aurait donc moins titillé la petite région romande, suggère-t-il.

Bien parti

Mais le sociologue juge ce mode de financement bien parti pour prendre son essor. «C’est devenu une mode, les médias en parlent, il va se développer. Toutefois, je le vois ensuite se stabiliser à bas niveau.»

Olivier Moeschler explique ce bémol. Le crowdfunding «ne deviendra jamais le mode de financement majoritaire. Les sommes en jeu sont trop faibles et le financement irrégulier. Il faut à chaque fois séduire le badaud».

Le sociologue y voit plutôt un tremplin, un appoint. Il relève son autre intérêt: «Le crowdfunding permet de sentir ce qui prend. Ce qui intéresse les gens.» (Newsnet)

Créé: 24.04.2012, 17h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Maxime Houssin

28.05.2012, 17:04 Heures
Signaler un abus

L'Europe doit trouver de nouvelles alternatives pour financer ses jeunes entreprises. Le crowdfunding permet d'allouer l'épargne au financement de l'économie réelle. ANAXAGO.com est une plateforme qui propose aux investisseurs particuliers d'investir en toute transparence dans des entreprises innovantes, pour faire avancer les entrepreneurs.N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus. Répondre


Thomas REUBI

10.02.2014, 12:08 Heures
Signaler un abus

On avait une devise qui disait un pour tous et tous pour un. En matière d'investissement en tous cas c'est plutôt du chacun pour soi ! Alors vivement l'avènement du financement participatif helvétique, maintenant qu'on sait ce qu'on veut, qu'il arrive et qu'il s'active. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Sondage

Si la vignette à 100 francs permet d'améliorer le réseau routier vaudois, l'accepterez-vous?