Daniel Vasella défend son bonus de départ initial

NovartisL'ancien président de Novartis estime que l'indemnité de 72 millions de francs proposée en premier lieu était justifiée au regard des rendements qu'il avait généré.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Daniel Vasella, l'ancien président du géant pharmaceutique Novartis a défendu le bonus de départ qui lui avait été initialement octroyé, rapporte dimanche le Financial Times dans son édition en ligne.

Daniel Vasella s'était vu proposer des indemnités de 72 millions de francs pour ne pas travailler pour la concurrence pendant six ans, mais avait fini par y renoncer face à la vive polémique que cette somme avait déclenchée dans le pays.

«Fondamentalement, je ne crois pas qu'il faille se restreindre (dans une négociation). Le conseil d'administration...doit décider et a la responsabilité pour quoi qu'il advienne», a-t-il déclaré au quotidien financier britannique. Daniel Vasella a précisé au Financial Times qu'il pensait que cette somme était justifiée au regard des rendements qu'il avait généré pendant ses années aux commandes du groupe et qu'elle se situait dans la norme de ce que pratiquent ses concurrents.

Mauvaise gestion de crise

Bien qu'il a ait admis que le scandale autour de son indemnité de départ «aurait pu être géré différemment», Daniel Vasella a également affirmé au journal aux pages saumon que la ligne dure du conseil d'administration sur la clause de non concurrence s'apparentait à «une interdiction d'exercer ma profession».

Les indemnités de départ de Daniel Vasella, révélées peu avant le vote sur l'initiative sur les rémunérations abusives, avaient déclenché une volée de critiques, y compris dans le milieux patronaux, qui reprochaient au patron de Novartis de jeter ainsi de l'huile sur le feu.

Quelques semaines après, les électeurs adoptaient à une large majorité ce texte qui interdit notamment les parachutes dorés. Début juillet, le groupe Novartis a annoncé qu'il était parvenu à un accord définitif avec son ancien président du conseil d'administration. Il s'est vu octroyer une rémunération de 4,9 millions de francs en numéraire et en actions au titre de ses services comme conseiller pendant la période de transition entre l'assemblée générale du 22 février 2013 et le 31 octobre 2013.

(afp/nxp)

Créé: 25.08.2013, 17h23

Articles en relation

Le patron de Novartis défend les indemnités de Vasella

NZZ am Sonntag Les 4,9 millions de francs alloués à l'ancien président de Novartis Daniel Vasella pour les services rendus durant 8 mois correspondent au «prix du marché» pour des leaders de son calibre. Plus...

Vasella percevra 4,9 millions au lieu de 72

Rétribution Novartis a trouvé un accord définitif avec son ancien président Daniel Vasella à propos de sa rémunération. Mais celle-ci, de 4,9 millions, est exagérée, selon le directeur de la Fondation Ethos. Plus...

Daniel Vasella a décidé de quitter la Suisse

Pharma L'ancien président de Novartis, Daniel Vasella, juge la Suisse «inconfortable pour lui», selon une source anonyme citée par le SonntagsBlick. Il déménage aux Etats-Unis. Plus...

Vue de l'étranger, l’initiative Minder intrigue

Votation Les Suisses aiment les riches s’ils restent humbles. Federer l’a compris et pas Vasella. C’est une des conclusions que tire le magazine Time. L’initiative Minder intrigue la presse étrangère; florilège. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...