L'informaticien soupçonné de vol de données libéré

Panama papersUn informaticien du bureau genevois du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, au coeur du scandale des «Panama Papers», a été remis en liberté. Mais il ne doit pas quitter la Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'homme, dont l'identité n'a pas été divulguée, est soupçonné de soustraction de données et d'accès indu à un système informatique.

«Mon client, qui avait été arrêté au début du mois, a été remis en liberté vendredi et il s'est engagé à ne pas quitter le territoire suisse jusqu'à la fin de l'enquête», a déclaré son avocat, maître Thomas Barth. Il a ajouté que les analyses et les investigations pourraient durer «plusieurs mois».

Une procédure de plusieurs semaines à plusieurs mois que confirme le Ministère public genevois. Les investigations sont «complexes», a indiqué samedi à l'ats l'un de ses responsables de la communication, Vincent Derouand. Et le procureur a décidé de mettre un terme à cette détention préventive parce que le risque de collusion n'était «plus avéré».

Mi-juin, le quotidien Le Temps avait révélé qu'une procédure avait été ouverte par la justice genevoise après le dépôt d'une plainte pénale émanant de la société Mossack Fonseca. Selon une source proche du dossier, le parquet avait alors ordonné une perquisition dans les locaux genevois du cabinet d'avocats panaméen.

Des vérifications sont en cours pour établir si l'informaticien a bien soustrait des données à son employeur et, si les faits sont avérés, quel type de données et à quelle période.

Dissimulation

L'étude Mossack Fonseca est au coeur du scandale des Panama papers. Des millions de fichiers ont été soustraits à la société. Ils ont été analysés par un consortium international de journalistes.

Ces documents ont débouché sur l'ouverture de nombreuses enquêtes dans le monde. Ils ont notamment conduit le Premier ministre islandais et un ministre espagnol à la démission. Les données révèlent plus généralement l'ampleur de l'utilisation de sociétés offshore aux fins de dissimuler des actifs dans des territoires opaques et à très faible fiscalité.

Le 5 avril, Mossack Fonseca a affirmé avoir été victime d'un piratage informatique opéré depuis des serveurs étrangers et avoir porté plainte à ce sujet. (ats/nxp)

Créé: 25.06.2016, 11h30

Articles en relation

Une présidentielle pour oublier les Panama Papers

Islande L'élection présidentielle doit trouver un successeur à Olafur Ragnar Grimsson, qui prend sa retraite à 73 ans au terme de son cinquième mandat. Plus...

Credit Suisse cesse ses activités au Panama

Amérique du Sud Le No2 bancaire helvétique va fermer ses bureaux de Private Banking. Mais ça n'a rien à voir avec les «Panama Papers». Plus...

Le Panama va échanger ses informations

«Panama Papers» Le gouvernement échangera avec les autres pays, selon la norme de l'OCDE. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...