La livre turque poursuit sa chute

DevisesLa monnaie turque a perdu près de 10% de sa valeur contre le dollar depuis le début de l'année.

Image: Archives/Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La livre turque a de nouveau atteint un plus bas historique sur les marchés des changes mercredi malgré des mesures prises par la Banque centrale. Cette évolution intervient sur fond d'incertitude politique et d'une série d'attentats meurtriers.

La monnaie turque a perdu près de 10% de sa valeur contre le dollar depuis le début de l'année, tandis que le Parlement examine un projet de réforme constitutionnelle qui vise à renforcer les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

La livre a perdu 1,15% de sa valeur contre le dollar mercredi, s'échangeant à 3,84 contre le billet vert à la mi-journée, après avoir atteint dans la matinée un nouveau record à la baisse, s'échangeant brièvement à 3,89 livres contre un dollar.

Face à la monnaie européenne, la livre a dépassé mercredi le seuil de 4 livres contre un euro, s'échangeant à 4,06, soit une perte de 1,19% de sa valeur.

Les économistes ont exprimé leur inquiétude à voir cette dynamique se poursuivre en raison d'incertitudes en termes de sécurité - avec les différents attentats liés à la rébellion kurde et au groupe Etat islamique (EI) - et de stabilité politique, à l'approche d'un potentiel passage à un système présidentiel.

La Banque centrale turque a tenté mardi d'enrayer la chute de sa monnaie en baissant le ratio de réserves de change dans les établissements bancaires du pays, afin d'injecter 1,5 milliard de dollars (1,52 milliard de francs) dans le système financier. La mesure n'a pas rencontré le succès escompté, les économistes estimant qu'elle n'est pas suffisante.

Autorités turques optimistes

Pour les économistes de Finansbank, si ces mesures vont dans le bon sens pour soutenir la livre, «en terme de magnitude, c'est une autre affaire. Nous pensons que l'impact sur la monnaie sera probablement limité», expliquent-ils dans une note à leur client. Malgré tout, les autorités turques restent optimistes.

«Le taux de change n'est pas plus important que le déficit courant, l'emploi, la croissance ou l'inflation», a déclaré le ministre de l'Economie Nihat Zeybekçi, cité par le quotidien «Hürriyet», ajoutant que la chute de la livre n'est que «temporaire».

Cemil Ertem, conseiller principal du président Erdogan, met en cause pour sa part un complot étranger pour encourager la spéculation et dévaluer la livre turque pendant les débats parlementaires sur la réforme constitutionnelle.

«Il y a une opération en cours pour dévaluer rapidement la livre turque. Ce n'est pas une théorie conspirationniste. C'est une réalité très claire», a-t-il déclaré à Hürriyet. (ats/nxp)

Créé: 11.01.2017, 12h39

Articles en relation

Le parlement turc débat pour renforcer Erdogan

Régime présidentiel Le projet voté d’une présidence plus forte est en discussion, article par article, par les députés, dans une Turquie en crise. Plus...

L'assaillant d'Istanbul serait un djihadiste ouzbek

Turquie La presse turque donne de nouvelles informations, dimanche, sur le suspect de l'attentat qui a fait 39 morts à Nouvel An. Plus...

Istanbul recouverte par 40cm neige

Turquie Une tempête a paralysé la ville samedi, causant l'annulation de centaines de vols et interrompant le trafic sur le Bosphore. Plus...

La venue d’Erdogan à Genève est contestée

Turquie La possible venue du président turc le 12 janvier pour parrainer les négociations sur Chypre va susciter des manifestations. Plus...

Au moins 39 morts dans une disco d'Istanbul

Turquie Un homme a pénétré dans un établissement et a ouvert le feu sur les personnes venues fêter Nouvel An. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les villes font face aux canicules, paru le 23 juin
(Image: Bénédicte) Plus...