Les «Panama Papers» livrent de nouveaux secrets

EnquêteIl y a un an, un consortium de journalistes incluant le groupe Tamedia explorait les secrets de dizaines de milliers de sociétés-écrans.

«Quand un ou deux pays systémiques (comme le Panama) refusent d’avancer, au moindre problème, les autres le saisissent comme une excuse pour ne rien faire; nous ne sommes plus dans cette situation», affirme Pascal Saint-Amans.

«Quand un ou deux pays systémiques (comme le Panama) refusent d’avancer, au moindre problème, les autres le saisissent comme une excuse pour ne rien faire; nous ne sommes plus dans cette situation», affirme Pascal Saint-Amans. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 3 avril 2016, l’ICIJ, un consortium de 130 médias mettaient à nu, au travers de dizaines d’articles, les secrets inavouables de plus de 250 000 sociétés-paravents échafaudées par le cabinet juridique panaméen Mossac Fonseca. Le versant suisse de ces recherches était coordonné par la cellule enquête du groupe Tamedia, éditeur de la Tribune de Genève et de 24 heures.

Depuis ces révélations dites des «Panama Papers», près de 80 enquêtes pénales ont eu lieu dans plus de 150 pays. A Genève, où Mossack Fonseca réalisait près de 20% de ses affaires, cinq enquêtes ont été ouvertes dans les jours qui ont suivi. «Certains dossiers ont été classés, d’autres ont visiblement fait l’objet d’un accord, d’autres ont été transmis aux spécialistes anticorruption du Ministère public de la Confédération», indiquent les enquêteurs de Tamedia dans les colonnes du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung.

Toujours en Suisse, les gendarmes financiers de la Finma ont, eux, rendu visite l’an dernier à l’organe d’autorégulation des avocats et notaires. Ils ont aussi mené des clarifications approfondies auprès d’une vingtaine de banques. Un de ces établissements fait l’objet d’une «procédure d’enforcement», la sanction la plus grave.

Depuis dimanche, les six reporters révèlent une nouvelle histoire d’argent opaque parqué en Suisse, grâce au cabinet Mossack Fonseca. L’affaire concerne un résident vaudois: l’ancien responsable de la filiale angolaise de Banco Espirito Santo, géant bancaire portugais déchu. Le Parquet fédéral mène une enquête qui l’a conduit à séquestrer plus de 160 millions de francs.

Le scandale des «Panama Papers» aurait donné un «coup de collier» à toute la lutte contre l’évasion fiscale, indique de son côté l’ATS, qui reprend les propos de Pascal Saint-Amans, coordinateur des efforts internationaux en la matière. «L’échange automatique d’information, qui est la vraie fin du secret bancaire, ne fait maintenant plus d’objection de la part de personne», a assuré le directeur du Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE.

Sous la pression de la communauté internationale, le Panama a changé sa législation et est désormais obligé de répondre aux demandes informations de 108 autres pays. «Quand un ou deux pays systémiques (comme le Panama) refusent d’avancer, au moindre problème, les autres le saisissent comme une excuse pour ne rien faire; nous ne sommes plus dans cette situation», affirme Pascal Saint-Amans.

(24 heures)

Créé: 03.04.2017, 08h30

Articles en relation

Le groupe d’experts sur les Panama Papers vole en éclats

Blanchiment L’expert suisse Mark Pieth et le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz claquent la porte du groupe de travail mis en place par le président du Panama, en réaction à la série de publications au mois d’avril. Plus...

Les vagues médiatiques des «Panama Papers

L'invité Daniel Cornu, médiateur des publications romandes de Tamedia, pose la question de la déontologie dans ce dossier touffu. Plus...

«Panama Papers»: le récit des journalistes

Livre Les deux rédacteurs du journal allemand à l’origine des révélations dressent un portrait sans concession de la Genève financière. Plus...

Les «Panama Papers» rattrapent Almodóvar

Festival de Cannes Alors que son film «Julieta» concourt à Cannes, le cinéaste madrilène a dû répondre à des questions embarrassantes Plus...

Le lanceur d’alerte des Panama Papers s’adresse au public

Evasion fiscale Dans un manifeste, «John Doe» explique pourquoi il a livré les données des Panama Papers à des journalistes du monde entier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...