L'élection se jouera autour des centristes, faiseurs de rois

Grand Conseil893 candidats se lancent en campagne. La droite vise la majorité absolue.

Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il a beau être flambant neuf, le nouveau Parlement vaudois qui sera inauguré en avril a suscité moins de vocations. 893 Vaudois se lancent dans la campagne pour l’élection des 150 députés du Grand Conseil le 30 avril. Leurs noms ont été officiellement publiés hier par l’Etat de Vaud, avant un ultime contrôle d’ici à la fin de la semaine. Il y a cinq ans, on comptait 979 candidats.

L’enjeu de l’élection est simple: la droite parviendra-t-elle à obtenir la majorité absolue au parlement? Soit remporter 76 sièges sur 150, alors qu’elle en avait obtenu 74 en 2012. En cinq ans, le PLR et l’UDC n’ont cessé de se plaindre des 12 centristes, devenus des faiseurs de rois, parfois avec la droite, parfois avec les 64 élus de gauche.

Sur 893 concurrents, 150 sont libéraux-radicaux, 149 sont socialistes, autant sont Verts et UDC. La gauche radicale tente sa chance dans six arrondissements, contre huit en 2012. A côté, des petits partis batailleront dans certains districts, dont le Parti nationaliste suisse (PNS) ou les Indépendants vaudois.

Vert’libéraux isolés

Le grand changement par rapport à 2012 est à trouver dans la consolidation des partis centristes. Dispersés il y a cinq ans, ils avaient raté dans plusieurs districts le quorum, ce minimum de 5% des voix à atteindre. Cette année, cinq partis du centre ont réussi à s’allier systématiquement au sein de l’Alliance du Centre: les démocrates-chrétiens (PDC), les bourgeois-démocratiques (PBD), les évangéliques (PEV), Vaud Libre et l’Union démocratique fédérale (UDF). Ils sont absents seulement dans la Broye et au Pays-d’Enhaut. Dans cinq arrondissements (Lausanne, Romanel, Ouest lausannois, Aigle, Morges), ils font même liste commune avec leurs cousins Vert’libéraux, qui leur ont pourtant tourné le dos l’an dernier pour la course au Conseil d’Etat.

Dans les arrondissements où les écologistes de droite partent seuls ou alliés avec le Parti pirate, le risque de dispersion de l’électorat centriste demeure. L’Alliance du Centre nourrit l’ambition de fortifier son rôle de pivot durant les débats: «Nous espérons obtenir huit à dix sièges (ndlr: contre cinq en 2012)», lance le PDC Axel Marion. De leur côté, les Vert’libéraux, plus esseulés, emploient les grands moyens pour conserver leurs sept places. La conseillère nationale Isabelle Chevalley est ainsi parachutée dans la Riviera pour épauler leur président et candidat au Conseil d’Etat, François Pointet.

La droite veut 80 sièges

Pas de quoi inquiéter les grands partis. Libéraux-radicaux, UDC et Verts veulent tous gagner trois sièges par rapport à 2012. Ainsi, le PLR passerait de 47 à 50. «C’est modeste, mais pas impossible, même si dans une élection proportionnelle tout est difficile», commente le président, Frédéric Borloz. Avec un objectif de 30 élus au lieu de 27, l’UDC vise officiellement une augmentation de 10% de ses résultats. «Toutefois, le but réel est de progresser, même modestement», explique son secrétaire général, Kevin Grangier. L’un des soucis sera de conserver les trois députés lausannois, alors que Claude-Alain Voiblet siège en indépendant depuis son exclusion du parti l’an dernier.

Les Verts espèrent passer de 19 à 22 élus, malgré des revers électoraux aux Cantonales de 2012 et aux Fédérales de 2015. Alberto Mocchi, leur président, est serein: «Nous sommes à nouveau dans une dynamique positive! En 2016, nous avons gagné 25% de sièges aux Communales et quatre sièges supplémentaires dans des municipalités.»

Seul le PS, avec 41 élus en 2012, ne donne pas d’objectif précis pour le moment. «Nous voulons progresser de quelques sièges», explique leur président, Stéphane Montangero. «Le but est avant tout d’éviter une majorité UDC et PLR au Grand Conseil.» La gauche radicale espère six élus, contre quatre il y a cinq ans. (24 heures)

Créé: 14.03.2017, 21h03

Débats

Dans le cadre des élections cantonales, 24 heures vous invite à une série de débats publics. Des candidats des partis en lice pour le Grand Conseil s’affronteront autour des défis qui attendent le canton de Vaud.
Vallée de Joux 20 mars à 19 h 30, Le Sentier, Cinéma
La Bobine.
Gros-de-Vaud 21 mars à 19 h, Echallens, Aula des 3 Sapins.
Riviera 23 mars à 19 h, Vevey, salle du Conseil communal.
Morges 28 mars à 19 h, Morges, Casino.
Chablais 30 mars à 19 h, Aigle, Bar 118.
Lavaux-Oron 4 avril à 19 h, Pully, Foyer du Prieuré.
Pays-d’Enhaut 5 avril à 20 h, Château-d’Œx.
Broye 6 avril à 19 h 30, Payerne, Hôtel La Suite.
Lausanne 7 avril à 19 h, Lausanne, Palais de Rumine.
Ouest lausannois 10 avril, Prilly, salle du Conseil communal.
Nyon 10 avril à 19 h, Nyon.
Jura - Nord vaudois 11 avril à 19 h, Yverdon, Hôtel de Ville.

Les candidats de votre région sur 24 heures.ch

Les listes provisoires des candidats au Grand Conseil peuvent être consultées dès mercredi sur notre page spéciale www. VD2017.24heures.ch.

Vous y trouverez les candidats de chaque arrondissement avec plusieurs filtres de recherche comme l’âge ou le sexe, grâce à la base de données établie par Smartvote, notre partenaire pour les élections. Dès lundi, sur la même page, les premiers profils politiques des candidats seront disponibles. Basés sur un questionnaire de plus de cinquante entrées, ils permettent de connaître les affinités de chacun sur les thèmes d’actualité ainsi que les enjeux sociaux et politiques. Vous y découvrirez également les comptes Facebook des candidats et d’autres informations personnelles.

Et vous dans tout cela? Vous pourrez dès lundi remplir un questionnaire Smartvote en ligne pour obtenir des recommandations de vote, comparer vos valeurs politiques à celles des partis et générer votre «toile d’araignée» personnelle.

Articles en relation

Les quatre enjeux derrière le duel socialiste-UDC

Elections cantonales Quinze Vaudois, dont six ministres sortants, ont déposé leur candidature lundi. L’enjeu majeur réside dans l’affrontement entre Cesla Amarelle et Jacques Nicolet. Mais ce n’est pas le seul. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...