Les Verts lient la sécurité au développement durable

EcologieLe parti lance sa campagne. Après des revers en 2012 et 2015, il compte sur le bilan de Béatrice Métraux, qui dirige la Police et les Prisons.

Les Verts sont au Conseil d'Etat depuis 23 ans, d'abord avec Philippe Biéler, puis François Marthaler et enfin avec Béatrice Métraux depuis 2011. Elle y dirige le Département des Institutions et de la Sécurité (DIS).

Les Verts sont au Conseil d'Etat depuis 23 ans, d'abord avec Philippe Biéler, puis François Marthaler et enfin avec Béatrice Métraux depuis 2011. Elle y dirige le Département des Institutions et de la Sécurité (DIS). Image: ARC/Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comme elle le dit elle-même, Béatrice Métraux dirige un département «institutionnel» au Conseil d’Etat depuis 2011, avec la Police, la Protection civile, les Prisons et le Logement. Qu’importe: même avec ces dossiers-là, les Verts disent apporter leur touche écologiste à la politique du gouvernement, eux qui y sont présents depuis vingt-trois ans. C’était leur discours lundi devant les médias à Lausanne, en lançant leur campagne électorale.

Mais où se trouve donc la touche Verte dans le dossier de la Police par exemple? «Dans le concept de développement durable, il y a la qualité de vie. Et la sécurité en est indissociable», explique Béatrice Métraux, qui se présente sur un ticket de quatre candidats avec les socialistes Pierre-Yves Maillard, Nuria Gorrite et Cesla Amarelle.

Pour illustrer le lien entre sécurité et durabilité, Béatrice Métraux cite plusieurs de ses réalisations: renforcement de la police de proximité, construction de 250 places en prison, lutte contre la radicalisation, prévention de la violence. «La présence d’un Vert au Conseil d’Etat permet de rappeler les fondements du développement durable, ajoute Béatrice Métraux. Je rends attentifs mes collègues sur les thèmes de biodiversité et d’écologie.»

Au Grand Conseil, les Verts présentent 149 candidats, pour 150 sièges et ont pleine confiance. Pourtant ils ont connu des revers ces dernières années. D’abord ils ont enregistré une baisse de 24 à 19 députés en 2012. Puis, en 2015, ils ont perdu leur siège au Conseil des Etats alors que, quatre ans auparavant, l’un de leurs trois sièges au Conseil national leur avait déjà été repris. «Nous n’allons pas nous voiler la face, reconnaît leur président Alberto Mocchi. Mais les choses ont changé. Nous avons progressé aux élections communales l’an dernier.» Il compte aussi surfer sur le «regain d’attention» pour les thématiques écologiques qu’il dit observer aux niveaux national et international.

Dans leur programme, les Verts mettront en avant leur volonté de «préserver un maximum de terres et de freiner l’appétit de détruire et bétonner à tous crins», selon les mots du député Jean-Marc Nicolet. Sans oublier la biodiversité, la transition énergétique, l’alimentation locale, l’agriculture durable et l’égalité entre hommes et femmes. (24 heures)

Créé: 20.03.2017, 19h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Angela Merkel lève son opposition au mariage gay, paru le 28 juin
(Image: Bénédicte?) Plus...