«Je viens avec ma volonté, mon cœur et ma capacité de travail»

Vaud 2017Cesla Amarelle reprend le siège laissé vacant par Anne-Catherine Lyon. Elle a réussi une élection préparée de longue date.

Samuel Bendahan remplacera la nouvelle conseillère d'Etat Cesla Amarelle au Conseil National.

Samuel Bendahan remplacera la nouvelle conseillère d'Etat Cesla Amarelle au Conseil National. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est une campagne électorale longue et intense qui s’est achevée dimanche pour Cesla Amarelle. «Cela fait huit mois et 20 jours, j’ai compté», sourit la nouvelle élue du Conseil d’Etat vaudois. La socialiste yverdonnoise a d’abord dû rallier ses camarades de parti lors d’une primaire interne disputée – qu’elle a finalement remportée –, avant de convaincre la population vaudoise au terme d’un second tour virulent et marqué par des attaques personnelles. Elle y voit «la fin d’un périple» qui lui a beaucoup appris. «Je me suis aussi découverte, avec une capacité à aller de l’avant.»

Dans ce contexte, la stratégie du parti a consisté à garder la ligne du premier tour en défendant un bilan et une équipe. Mission accomplie pour la professeur de droit, née il y a 43 ans en Uruguay, et mère de deux fillettes. «Ce second tour a été particulièrement étonnant, avec beaucoup de surprises. L’arrivée d’Isabelle Chevalley a coïncidé avec une campagne extrêmement agressive et personnalisée, sur moi en l’occurrence. Ce qui est rassurant aujourd’hui, constate-t-elle, c’est que les Vaudois sont attachés à des campagnes de terrain et de contenu, plutôt qu’à des offensives où l’on attaque des personnes pour ce qu’elles sont et pas ce qu’elles font.»

Débarquant tout sourire au Parlement cantonal avec Nuria Gorrite, Béatrice Métraux et Pierre-Yves Maillard, Cesla Amarelle ne cachait pas son «soulagement», mais aussi son sentiment de responsabilité et de reconnaissance envers les Vaudois qui lui ont fait confiance, à elle et «à la majorité de gauche du Conseil d’Etat pour continuer une deuxième législature qui produise des résultats afin d’améliorer le quotidien de toute la population».

Jamais perdu d'élection

Réputée pour n’avoir encore jamais perdu d’élection, elle n’a pas trébuché sur ce scrutin à valeur de test. Elue avec 43,88% des voix, la socialiste de 43 ans est toutefois assez loin du seuil de la majorité absolue, que sa colistière Béatrice Métraux manque de peu. La multiplication des candidats est avancée pour justifier ce score. Cesla Amarelle était par ailleurs orientée, en tant que conseillère nationale, sur des questions clivantes comme celle de l’asile. «Elle se trouve où je l’imaginais, c’est-à-dire avec un résultat un peu plus haut que la force électorale de la gauche. Ce n’était pas évident, mais elle a pu le faire», commente le ministre socialiste Pierre-Yves Maillard.

Attaquée sur son positionnement marqué à gauche et une réputation de forte tête, Cesla Amarelle a défendu durant toute la campagne sa volonté de travailler de façon collégiale. «Je viens avec ma volonté, avec mon cœur et ma capacité de travail. Et j’espère que nous ferons un magnifique travail au cours de cette législature.» Reste à savoir quel département elle occupera. On songe forcément à l’école, laissée vacante par Anne-Catherine Lyon et sur laquelle elle s’est positionnée durant la campagne. «Je pense que la gauche, de manière générale, est très attachée à la formation et à la culture. Mais on verra ce que le collège décide.» (24 heures)

Créé: 21.05.2017, 22h02

Samuel Bendahan remplacera Cesla Amarelle

L’élection de Cesla Amarelle au Conseil d’Etat a un effet domino sur d’autres socialistes, «aspirés par le haut» dans de nouvelles arènes politiques. Ainsi, le député Samuel Bendahan, premier des viennent-ensuite de la liste PS aux fédérales de 2015, remplacera l’Yverdonnoise au Conseil national. L’intéressé s’en réjouit, bien entendu, même s’il dit surtout être «très heureux» que la «recette vaudoise du Parti socialiste ait séduit les électeurs». A Berne, l’économiste pourra faire entendre sa voix sur les thématiques qui lui sont chères, comme la RIE III fédérale, qui va occuper les parlementaires ces prochains mois. «On verra bien quel rôle je pourrai jouer au sein du groupe socialiste. J’ai suivi de près le dossier de la RIE III vaudoise, je ferai tout ce que je peux pour défendre les intérêts du canton», indique-t-il. Samuel Bendahan ne demandera pas de dérogation à la règle interne du non-cumul des mandats. Ainsi, il quittera le Grand Conseil, et c’est la Lausannoise Carine Carvalho Arruda, arrivée en 9e position sur la liste PS de son district, qui le remplacera. «Je compte bien accepter mon élection, à condition que mon employeur donne son accord», signale-t-elle. Elle-même devra être remplacée au Conseil communal de Lausanne.
V.MA.

Articles en relation

Forte tête, Cesla Amarelle n’est jamais une figurante

Portrait de candidat (3/8) La socialiste prend vite sa place, où qu’elle aille. Entrera-t-elle dans le moule d’un Conseil d’Etat ronronnant? Plus...

Les socialistes vaudois donnent leur préférence à Cesla Amarelle

Vaud 2017 La conseillère nationale yverdonnoise figurera sur le ticket aux côtés de Nuria Gorrite et Pierre-Yves Maillard. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...