«Vaudois je suis, Vaudois je reste»

Conseil fédéralLe Conseiller fédéral fraîchement élu Guy Parmelin évoque la nécessité de concordance, mais pas question de le faire au détriment du programme du parti.

Guy Parmelin arrive à sa première conférence de presse en tant que Conseiller fédéral.

Guy Parmelin arrive à sa première conférence de presse en tant que Conseiller fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Guy Parmelin a savouré ses premières heures en tant que Conseiller fédéral. «C'est une réaction de satisfaction, de fierté mais aussi d'émotion. C'est quelque chose qui est assez spécial», a-t-il déclaré après sa première conférence de presse dans sa nouvelle fonction.

Un instant de grâce qui n'est pas appelé à durer face à l'ampleur de la tâche. «J'ai senti ce matin à l'Assemblée fédérale que les votes étaient clairs. J'ai eu la nette impression d'un message de confiance pour le gouvernement futur mais il était aussi dit: vous êtes élus, mettez-vous au travail, dans l'intérêt du pays en bonne intelligence».

«Ce sera beaucoup plus difficile de se plaindre»

Guy Parmelin n'a pas renié ses racines mais il s'est voulu rassembleur. «Je l'ai dit: Vaudois je suis, Vaudois je reste, mais je suis le conseiller fédéral de toute la Suisse. Il faut aussi penser à des régions qui ne sont pas représentée et qui sont déçues.»

Ce qui ne l'a pas empêché d'envoyer à une petite pique aux Romands qui se réjouiront de son élections. Si la Suisse penche désormais à l'Ouest, un peu trop pour certains, a-t-il reconnu, les mentalités de ce côté de la Sarine devront également évoluer. «On a souvent tendance à se plaindre qu'on n'est pas compris mais avec trois représentants au Conseil fédéral , ce sera beaucoup plus difficile de se plaindre».

Vers de «vives discussions»

Guy Parmelin a également tracé ce qui seront les grandes lignes de son action. «J'ai l'intention surtout de faire avancer des dossiers. Je suis quelqu'un qui sait déléguer et qui le fera certainement mais je serai aussi quelqu'un qui contrôlera que ce qui a été décidé soit appliqué. C'est ma marque de travail.»

Elu sous la bannière de l'UDC, il doit également son élection aux voix de gauche. Il le reconnaît mais préfère croire qu'en Suisse, aucun parti ne peut évoluer tout seul. «C'est toujours mieux de travailler en bonne intelligence qu'en confrontation, c'est comme ça que j'interprète le vote.»

Pas sûr que tout le monde au sein de son parti ait la même philosophie, mais pas question non plus de trop dévier de la ligne de l'UDC. Le nouveau Conseiller fédéral prévoit que la discussion sera très vive au sein du gouvernement sur certains dossiers, «parce que nous serons deux à porter les idées et le programme du parti mais il y a aussi la nécessité à un moment donné de trancher et de porter le tout devant le parlement». (nxp)

Créé: 09.12.2015, 17h12

Articles en relation

Election de Guy Parmelin: les réactions

Conseil fédéral Le successeur d'Eveline Widmer-Schlumpf reçoit des hommages de la part de tous les parlementaires. Mais il est attendu au tournant. Plus...

Quel département pour Guy Parmelin?

Conseil fédéral La répartition des départements se fera vendredi. Lequel reviendra au Vaudois? Les Finances, l'Intérieur ou Justice et Police? Plus...

Guy Parmelin collégial sur les négociations Suisse-UE

Conseil fédéral Le Vaudois a tenu sa première conférence de presse en tant que ministre. Il a déclaré qu'il défendrait les positions du gouvernement sur les négociations entre la Suisse et l'UE. Plus...

Le gouvernement compte à nouveau deux UDC

Conseil fédéral Guy Parmelin a nettement distancé ses concurrents zougois Thomas Aeschi et tessinois Norman Gobbi. Plus...

Guy Parmelin est élu au Conseil fédéral!

Election du Conseil fédéral Le Vaudois a remporté haut la main le troisième tour devant ses deux concurrents Thomas Aeschi et Norman Gobbi. Il est élu avec 138 voix. Plus...

Galerie photo

L'élection 2015 du Conseil fédéral

L'élection 2015 du Conseil fédéral Le renouvellement du Conseil fédéral en 2015 a sacré le Vaudois Guy Parmelin, qui a nettement devancé les autres candidats officiels de l'UDC, Thomas Aeschi et Norman Gobbi.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...