Une école privée internationale s’installe à Littoral Parc

EtoyLa «GEMS World Academy, Etoy» devrait accueillir 400 élèves lors de la rentrée 2013.

La future école privée internationale s'installera dans la zone industrielle de la Tulière, à côté de la gare d'Etoy. La parcelle est bordée par l'A1 au nord et par la voie de chemin de fer sud.

La future école privée internationale s'installera dans la zone industrielle de la Tulière, à côté de la gare d'Etoy. La parcelle est bordée par l'A1 au nord et par la voie de chemin de fer sud. Image: Alain Rouèche

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A 5?minutes de la gare d’Etoy, au fond de la zone industrielle de la Tuilière, un important complexe scolaire est en construction. Des milliers de pendulaires passent tous les jours devant cette enclave triangulaire, coincée entre l’A1 et la voie de chemin de fer, et qui s’apprête à accueillir un gigantesque campus. C’est un groupe basé à Dubaï qui y installera dès 2013 la «GEMS World Academy, Etoy», une école privée internationale pour clientèle anglophone haut-de-gamme.

Cette parcelle de 40?000 m2 devrait accueillir un bâtiment de 2?étages avec quatre terrains de football, basket et tennis et un amphithéâtre, un parking de 85?places, une aire de dépose de 95 cases et même un potager. «Le gros œuvre est terminé», indique Mario Di Pietrantonio, qui représente le propriétaire, un fond immobilier anglais. Une mise à l’enquête pour réaffecter le bâtiment en école est en cours. Les aménagements intérieurs attendent encore cette autorisation.

Le groupe GEMS Education, qui gère des écoles autour du monde (Kenya, Inde, Chine, Angleterre et pays arabes), prévoit d’ouvrir les salles de classe pour la rentrée 2013, si les autorisations sont délivrées. Le campus envisagé pourra accueillir 900 élèves de 4 à 14?ans, dont 400 dès la première année d’exploitation, selon Robert Curtis, responsable du marketing pour l’Europe.

Dans un deuxième temps, le site pourrait augmenter sa capacité à 2000 élèves, selon Robert Curtis, et y accueillir des jeunes jusqu’à 16-17?ans qui pourront y effectuer un baccalauréat. 150?places de travail seront créées, dont une quarantaine de postes d’enseignants pour 2013.

Augmentation du trafic

Le syndic d’Etoy, Michel Roulet, se réjouit de cette arrivée. «Le groupe vise à s’étendre en Europe et c’est en Suisse qu’ils ont décidé de s’installer en premier. Sous réserve d’une mobilité maîtrisée, cette implantation est souhaitée par la Municipalité, car il y a un certain manque dans la région de ce type de service. Pour les travailleurs qui s’installent ici, c’est une bonne chose.»

La circulation aux alentours d’Etoy devrait connaître une surcharge importante. L’étude de mobilité jointe au dossier de mise à l’enquête, réalisée pour 1600 élèves, prévoit une augmentation de +1750 véhicules par jour. Le bal de Mercedes sera-t-il sous contrôle à Etoy? «La condition sine qua non pour cette implantation, c’est que 50% des élèves viennent par d’autres moyens que la voiture, explique Michel Roulet. Il faudra de toute manière que l’entreprise signe un plan de mobilité en ce sens.» L’école a d’ores et déjà prévu de mettre en place un service important de mini-bus qui desservira la région.

(24 heures)

(Créé: 10.08.2012, 17h05)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs

Publié le 23 mai 2015
(Image: Valott) Plus...