Attention aux «like» suspects sur Facebook

FacebookLe réseau social a découvert une vaste opération malveillante visant à inonder les utilisateurs de courriers indésirables.

(Image prétexte) Les malfaiteurs déversent des fausses mentions «j'aime» sous les contenus des membres. (Vendredi 14 avril 2017)

(Image prétexte) Les malfaiteurs déversent des fausses mentions «j'aime» sous les contenus des membres. (Vendredi 14 avril 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Facebook a annoncé vendredi avoir débusqué une opération internationale dont les membres déversaient des mentions «j'aime» et de faux commentaires sur des comptes afin de gagner des contacts. Ils inondaient ensuite ces comptes de courriers indésirables.

Mentions «j'aime» en pagaille

Des comptes notamment au Bangladesh, en Indonésie et en Arabie saoudite ont été utilisés par les auteurs de cette opération, a rapporté le réseau social. Facebook a précisé que ses équipes de sécurité avaient travaillé pendant six mois pour neutraliser ce qu'elles ont qualifié de campagne coordonnée.

«Nos systèmes ont été en mesure d'identifier une grande partie de cette activité illégitime et de retirer un nombre important de 'j'aime' non authentiques», a indiqué Shabnam Shaik, responsable du programme de protection technique de Facebook dans un communiqué.

«En faisant capoter cette campagne, nous allons empêcher ce réseau d'expéditeurs indésirables d'atteindre leur objectif final d'envoyer de faux éléments à un grand nombre de personnes», a-t-elle poursuivi.

Fake news

Facebook affirme avoir déjoué le projet suffisamment tôt. Le géant américain avait annoncé mercredi intensifier sa lutte contre les fausses informations («fake news») par la surveillance de comportements suspects, comme les messages répétitifs ou massifs, et la fermeture de comptes. (ats/nxp)

Créé: 14.04.2017, 22h05

Articles en relation

Facebook traque les «fake news»

Réseau social Le géant des réseaux sociaux accroît sa lutte contre les fausses informations, via la surveillance de comportements suspects et ferme des comptes. Plus...

Facebook lance son propre assistant vocal

Réseaux sociaux Le groupe veut faire sa place dans le secteur de l'intelligence artificielle. Plus...

Facebook traque le «porno vengeur»

Technologie Le réseau social lance un outil qui empêche le partage de vidéos intimes sans l'accord des personnes dénudées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...