Quand les recruteurs exigent votre mot de passe Facebook

TravailAux Etats-Unis, des responsables RH exigent l'accès total au compte Facebook des demandeurs d'emploi.

Demander l'accès total à un profil Facebook est-il une atteinte à la vie privée? Les spécialistes ne sont pas unanimes.

Demander l'accès total à un profil Facebook est-il une atteinte à la vie privée? Les spécialistes ne sont pas unanimes. Image: archive/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus de la moitié des employeurs vérifient déjà le profil Facebook de leurs futurs employés au moment de les embaucher… ou pas. Si cette tendance va grandissant en Europe, les responsables RH aux Etats-Unis jouent déjà dans la ligue supérieure aux Etats-Unis.

Dans certaines entreprises ou administrations publiques, ils exigent des candidats à l’embauche qu’ils leur livrent carrément le mot de passe de leur compte Facebook. Justin Basset, statisticien à New York a raconté sa mésaventure à l’agence de presse AP.

Lois en préparation

L’homme n’a pas cédé, mais tous les demandeurs d’emploi ne peuvent se permettre de claquer la porte au nez des RH, raconte AP, citant le cas d’un employé de prison, qui a cédé son login à son employeur.

La pratique tendrait à se répandre aux Etats-Unis. A tel point que certains Etats songent à légiférer en la matière, par exemple en interdisant de discriminer à l’embauche quelqu’un qui refuserait d’ouvrir son compte privé sur un réseau social.

Amitié obligée

Tous les employeurs curieux ne vont pas jusqu’à exiger qu’on leur cède les mots de passe. Une stratégie différente consiste à obliger un demandeur d’emploi à accepter l’amitié d’un responsable RH, pour que celui-ci puisse inspecter le profil privé du candidat. D’autres se contentent encore de jeter un œil sur la page perso durant l’entretien d’embauche.

Aux Etats-Unis, les juristes ne sont pas unanimes sur la légalité de tels procédés. «Cela s’apparente un peu à demander à quelqu’un les clés de sa maison», commente Orin Kerr, professeur de droit à l’Université de Washington, pour qui cette intrusion viole clairement la sphère privée. Un avis que ne partage pas E. Chandlee Bryan, co-auteure d’un livre sur la recherche d’emploi via internet. Pour elle, chaque internaute doit accepter que ce qu’il partage sur les réseaux sociaux est public. (Newsnet)

(Créé: 22.03.2012, 17h12)

Articles en relation

«Les Suisses ont aussi droit à l’oubli numérique»

Internet La Suisse ne doit pas devenir le paradis des abus en matière de protection des données, s’inquiète Jean Christophe Schwaab (PS/VD). Il demande au Conseil fédéral de garantir un droit à l’oubli numérique. Plus...

Comment résister aux réseaux sociaux?

Facebook Perte de temps, problèmes de sécurité, contrôle de l’information: de nombreux rebelles, technophobes ou gardiens de leur vie privée, se refusent encore à plonger dans l’internet communautaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.