La Une | Lundi 20 octobre 2014 | Dernière mise à jour 22:44
PRESSE

Le payant fait un retour tourmenté sur les médias en ligne

Par Richard Etienne / Jo. B.. Mis à jour le 15.11.2012 1 Commentaire

Le nombre de sites de médias qui se tournent vers un modèle payant est en nette augmentation.

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le mouvement est massif: aux Etats-Unis, le nombre de sites de médias payants a doublé en 2012, passant à 300. Au Canada les grands titres, dont The Toronto Star et The Globe and Mail, se sont laissé tenter. Le cabinet Forrester prévoit qu’en France les revenus issus du payant vont croître de 74% dans les cinq ans. Certains journaux locaux anglo-saxons jouent aussi cette carte. En Suisse, Finanz und Wirtschaft propose depuis cet été un abonnement en ligne, la NZZ aussi depuis le mois dernier. 24 heures propose aussi un espace payant, à côté de son site gratuit. Le tournant paraît contraint tant les mauvaises nouvelles s’accumulent. Succès anglo-saxons «La crise, c’est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître», écrivait le philosophe Antonio Gramsci au XXe siècle. «La presse est aujourd’hui dans cette situation», estime l’expert français des médias Jean-Clément Texier. Il ajoute: «Ça change. Avec les murs payants, la presse développe une stratégie offensive.»

Téléphones et tablettes, dit-il, représentent une opportunité d’entrer dans l’économie du payant. Il y a un marché. Les gens sont toujours plus enclins à payer. Les versions numériques du New York Times et du Financial Times ont plus d’abonnés que leurs pendants sur papier.

En phase de recherche

Selon Jean-Clément Texier, les médias, malgré le vent des abonnements numériques, restent dans une phase de recherche: «Aujourd’hui, on ne souhaite plus forcément suivre un titre, mais plutôt un journaliste voire un thème. Il va falloir trouver un moyen de satisfaire cette volonté.» Parmi les pistes de réflexion, les abonnements collectifs. En Suisse, l’opérateur Swisscom a tenté une approche similaire il y a deux ans auprès d’un consortium d’éditeurs mais le projet n’a pas abouti. Jean-Clément Texier avertit: «Le système de distribution de la presse papier en France a été compliqué à mettre en place. En ligne, ça prendra aussi du temps.» Le retour tourmenté du payant, s’il se confirme, pourrait s’opérer lentement. (24 heures)

Créé: 15.11.2012, 11h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

andré hofer

15.11.2012, 11:45 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

très bon article qui, en peu de lignes, fait bien le tour des problèmes....pourtant complexes Répondre