24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Dimanche 28 mai 2017 | Dernière mise à jour 19:35

Pourquoi ne rappelle-t-il pas ?

FictionNotre romancière se penche sur la longue attente qui suit un rendez-vous amoureux. Son personnage fictif, Vicky, se perd en conjectures mais garde espoir...

Image: Flickr cc

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a parfois des événements incompréhensibles, pense Vicky, debout face à son téléphone portable. On a passé une merveilleuse soirée en compagnie d’un homme fantastique. On sent une alchimie. Le truc en plus. On s’imagine que c’est réciproque, mais alors… Pourquoi ne rappelle-t-il pas ?

Bien sûr, sa chute au beau milieu de restaurant n’était peut-être pas la meilleure manière d’attirer l’attention sur elle. La tapenade coincée dans ses dents non plus. Bon, d’accord elle aurait peut-être dû éviter de parler de son ex pendant toute la soirée…

Vicky se lève d’une traite et monte sur une chaise. Elle ne doit plus avoir de réseau, voilà tout. Toutes les barres sont pourtant remplies. Donc… il doit bien y avoir une autre explication :

- Il a eu un accident et crie son nom dans une chambre d’hôpital anonyme,

- … ou alors il est amnésique.

- Il l’aime déjà tellement que cela lui fait peur. Donc il n’ose pas la rappeler.

- Il a menti sur son célibat. Maintenant qu’il est tombé éperdument amoureux d’elle, il doit rompre…

- Ou alors il est homosexuel.

- Il respecte simplement la règle des trois jours. Vous savez, celle qui prescrit d’attendre trois jours après la première rencontre pour reprendre contact avec l’élu de son cœur.

- … sauf que cela fait quatre jours.

- Il doit être timide. Comme il lui a proposé le premier verre, il ne veut pas s’imposer et estime que si Vicky souhaite le revoir, elle le recontactera (quel homme respectueux !). Logique.

Debout sur sa chaise, Vicky hésite avant de s’en convaincre. Bien sûr que c’est cela ! Il faut juste le relancer avec un prétexte quelconque. S’ensuit donc la réflexion intense pour rédiger le fameux message qui signera le début d’une romance sans nuage.

«Hello, comme je n’ai pas de tes nouvelles, je t’écris». Non: trop désespéré.

«Je pense que tu m’as écrit, mais je n’ai pas reçu ton texto. Le réseau n’est jamais fiable». Non, accuser la technologie la fait passer pour une vieille rétrograde

«Tu es mort ???»: Non, trop (vraiment trop) désespéré.

«Coucou, quoi de neuf ?» Et le Docteur, je le mets aussi ?

«Hello, je voulais prendre de tes nouvelles. Alors… voilà je le fais !»

Elle le relit. Fait la grimace. Ôte la dernière phrase. Regarde son téléphone avec méfiance, comme s’il allait lui exploser en pleine figure. Hésite à rajouter «bisous», «je t’embrasse», «bise», «je t’aime»… Réalise qu’elle s’éloigne du sujet. Y renonce. Appuie sur envoi, un œil fermé et l’index parcouru de spasmes nerveux.

Bon, voilà, il est parti. Il ne reste plus qu’à attendre la réponse. Ce qui laisse à Vicky le temps de se repasser pour la quarantième fois leur rendez-vous dans son esprit et (accessoirement) d’avaler un paquet entier de céréales.

Comme il ne répond pas pendant les heures qui suivent, l’hypothèse du kidnapping semble se confirmer. Vicky appelle toutes ses amies pour leur demander l’attitude à adopter. Elles lui répondent qu’il faut qu’elle se calme, aille au lit avec une tisane et prenne sa température (en fait, surtout ça).

La sonnerie, accusant la réception d’un message, retentit dans la pièce. Après avoir exécuté un salto arrière, elle fonce sur son téléphone, hilare. Ses lèvres baissent d’un coup: c’est Maman.

Le téléphone vibre à nouveau entre les mains de Vicky. Ses doigts pianotent et elle découvre un message de LUI. Elle l’ouvre et le lit: «Pardon, mais t’es qui ?»

Le silence était donc une évidence : c’était un râteau.

Avocate, le jour, et romancière la nuit. Et aussi le week-end, ainsi que les vacances. Cléo Buchheim consacre une grande partie de son temps à sa passion: l'écriture. A 28 ans, cette Lausannoise a déjà quatre romans à son actif. Son dernier ouvrage, «Love, Fashion et autres contrariétés» est un pur produit «chick lit», ce genre littéraire destiné à la gent féminine. Ses chroniques ne dérogent pas à sa ligne d'écriture en dévoilant les aventures de femmes actives, drôles et un peu déjantées. (nxp)

Créé: 29.09.2014, 10h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Roger Moore nous a fait faux bond», paru le 27 mai 2017.
(Image: Valott) Plus...