L’agence nucléaire japonaise mise en cause dans la catastrophe

FukushimaL’agence japonaise de sûreté nucléaire pourrait avoir contribué au désastre de Fukushima en rejetant des normes établies au niveau international en cas de catastrophe afin de ne pas inquiéter l’opinion.

Le site nucléaire de Fukushima, au Japon.

Le site nucléaire de Fukushima, au Japon. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le ministre nippon du Commerce, Yukio Edano a annoncé que l’agence nippone de sûreté nucléaire pourrait être mise en cause dans le désastre de Fukushima en ayant rejeté des normes établies au niveau international afin de ne pas inquiéter l’opinion.

Le blocage de la mise en oeuvre de ces mesures, révélé par des documents publiés la semaine dernière, s’ajoute à la liste des manquements en matière de sûreté nucléaire qui expliquent pour certains l’absence de réponse adaptée à une catastrophe de l’ampleur du séisme et du tsunami du 11 mars 2011.

Ce jour-là, un mur d’eau de dix mètres de haut a submergé la centrale de Fukushima-Daichi, entraîné la panne des systèmes de refroidissement et la fusion du combustible de plusieurs réacteurs.

Mais cinq ans plus tôt, l’Agence de sûreté nucléaire et industrielle (NISA) avait estimé que les mesures de prévention des accidents mises en place par le Japon étaient suffisantes. Elle avait ainsi recommandé le rejet de l’adoption de normes internationales.

«Aucun problème ne peut être décelé dans les mesures de prévention des catastrophes mises en place dans notre pays», écrivait la NISA dans un document de juin 2006 adressé à un autre organisme, la Commission de sûreté nucléaire.

Ne pas créer de confusion

«Une modification importante du plan de prévention existant risquerait de provoquer de la confusion dans la société et d’accroître l’inquiétude du public à propos de la sûreté nucléaire», soulignait encore l’Agence dans une note distincte, publiée en avril de la même année.

Commentant la publication de ces documents, en réponse à une requête légale, Yukio Edano, dont le ministère du Commerce supervise l’agence de sûreté et la politique énergétique, a jugé que la NISA portait «une grande part de responsabilité pour ne pas avoir été capable de prévenir l’accident» de Fukushima.

«Dans les circonstances qui ont mené au désastre, plusieurs éléments clés sont à prendre en compte (...) et il est tout à fait possible que cette question puisse y avoir directement contribué», a- t-il déclaré lors d’une conférence de presse, faisant allusion au rejet des normes internationales.

Un responsable de la NISA, Yoshinori Moriyama, a reconnu jeudi devant la presse que son agence n’avait pas répondu de manière adaptée, et que cela était matière à réflexion. (ats/Newsnet)

(Créé: 16.03.2012, 17h15)

Mots-clés

Galerie Photos

Un an après, le Japon se reconstruit petit à petit

Un an après, le Japon se reconstruit petit à petit Le 11 mars 2011, le Japon était frappé par un séisme, suivi d'un tsunami et d'un accident nucléaire du même niveau que celui de Tchernobyl.

Articles en relation

Le gouvernement a délibérément menti aux Japonais

Fusion à Fukushima Le gouvernement japonais était au courant du risque de fusion nucléaire à la centrale de Fukushima dans les heures qui ont suivi le tsunami en mars 2011, mais n'en a pas informé le public. Plus...

La vidéo du tsunami qui a plongé le Japon dans la peur

chronologie Voici le rappel des événements au Japon un an après l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima, désastre consécutif aux séisme et tsunami qui ont fait plus de 19'000 morts. Plus...

Que sont devenus les réfugiés de Fukushima?

Un an après la catastrophe Douze mois après le tsunami qui dévasté une partie du Japon, des milliers d'habitants sont toujours dans l'expectative et restent sans logement. État des lieux. Plus...

Des enfants toujours contaminés à 220 km de Fukushima

Catastrophe nucléaire au Japon Près d'un an après la catastrophe nucléaire japonaise, des examens d'urine sur des enfants ont décelé des traces de césium. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs

Publié le 6 mai
(Image: Bénédicte) Plus...