La Une | Samedi 25 octobre 2014 | Dernière mise à jour 10:19
Conflit

La Russie favorable à un dialogue avec l'opposition syrienne

Mis à jour le 02.02.2013

La Russie s'est déclarée favorable samedi à des «contacts réguliers» avec l'opposition syrienne, en saluant la volonté de son chef d'entamer un dialogue sous conditions avec le régime de Bachar al-Assad.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (à gauche) et le vice-président américain Joe Biden.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (à gauche) et le vice-président américain Joe Biden.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a pour la première fois rencontré à Munich Ahmed Moaz al-Khatib depuis que ce dernier a été élu fin 2012 à la tête de la Coalition de l'opposition syrienne.

Au cours de cette réunion, en marge de la Conférence internationale sur la sécurité, Sergueï Lavrov a exprimé à Ahmed Moaz al-Khatib l'intérêt de la Russie «à entretenir des contacts réguliers», selon des agences de presse russes. Cette ouverture de Moscou, le principal soutien d'Assad, intervient après que Ahmed Moaz al-Khatib a annoncé cette semaine qu'il était prêt à entamer un dialogue avec le régime, à l'exception des dirigeants «ayant du sang sur les mains».

«Profondes divergences»

«Nous saluons cela. C'est un pas très important, si nous prenons en compte le fait que la Coalition avait pour fondement le refus» de ce dialogue, a déclaré Sergueï Lavrov. «Je pense que le réalisme l'emporte», a-t-il poursuivi. La guerre en Syrie a été au coeur des nombreuses rencontres qui se sont tenues dans le grand hôtel de Munich où s'achève dimanche la 49e Conférence de Munich, le «Davos de la sécurité». Sergueï Lavrov s'est ainsi entretenu en tête à tête avec le vice-président américain Joe Biden.

Peu avant, les deux hommes avaient reconnu en public que de «profondes divergences» subsistaient entre eux sur les conditions de mettre fin au conflit qui a fait plus de 60'000 morts en près de deux ans. Malgré ces désaccords, il «est important pour les deux pays de travailler ensemble dans l'intérêt de la paix internationale et de la sécurité, y compris en Syrie», a indiqué la Maison Blanche.

Joe Biden a exprimé son souhait que la communauté internationale renforce son soutien aux adversaires du régime Assad, qu'il a qualifié de «tyran déterminé à se maintenir au pouvoir» mais «plus capable de diriger la nation». «Nous travaillons ensemble, avec nos partenaires, pour qu'elle (l'opposition) devienne plus unie, plus solidaire», a déclaré le vice-président.

Soutien sans faille à Assad

Les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, et certains pays arabes appellent le président Assad à céder le pouvoir. Mais Sergueï Lavrov s'est de nouveau élevé contre cette condition. «L'insistance de ceux qui affirment que le départ du président Assad est la priorité numéro un est la principale raison de la poursuite de la tragédie syrienne», a-t-il dit. Il a en revanche estimé que l'on pouvait «faire des progrès» si le Groupe d'action sur la Syrie, conduit par le médiateur Lakhdar Brahimi, se réunissait à nouveau pour tenter de parvenir à des mesures de transition.

Présent à Munich, Lakhdar Brahimi n'a pourtant pas caché le fait qu'aucune solution n'était en vue et que la Syrie «éclatait un peu plus chaque jour». Parallèlement, les craintes d'une régionalisation du conflit restent vives. Un haut responsable américain a confirmé qu'Israël avait bombardé cette semaine près de Damas des missiles sol-air et un complexe militaire soupçonné d'abriter des armes chimiques, l'Etat hébreu redoutant qu'elles ne soient livrées au Hezbollah libanais.

«Le chaos en Syrie a créé un environnement dans lequel la possibilité que ces armes traversent la frontière et tombent entre les mains du Hezbollah, est devenue plus inquiétante», a confié le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta. En visite à Damas, le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, Saïd Jalili, a réaffirmé le soutien de son pays au régime du président Assad pour faire face aux «complots» des Occidentaux.

Sur le terrain, au moins 20 soldats syriens ont été tués dans deux attentats suicide à la voiture piégée visant l'enceinte d'un club d'officiers à Deraa, dans le sud, a rapporté une ONG. Les violences ont fait samedi 114 morts, dont 46 civils, 35 soldats et 33 rebelles, selon un bilan provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui se base sur un réseau de militants et de médecins dans les hôpitaux civils et militaires. (afp/Newsnet)

Créé: 02.02.2013, 22h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?