La Une | Dimanche 20 avril 2014 | Dernière mise à jour 07:18
Crise

La Tunisie va former un gouvernement de technocrates

Mis à jour le 06.02.2013 1 Commentaire

Le Premier ministre tunisien, l'islamiste Hamadi Jebali a annoncé mercredi qu'il formera un «gouvernement de compétences nationales sans appartenance politique» après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd.

1/18 Face au ministère de l'Intérieur, des manifestants toujours en colère.(jeudi 7 février 2013)
Image: AFP

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Après l'assassinat de l'opposant qui a déclenché une vague de violences en Tunisie, le Premier ministre a annoncé mercredi soir qu'il formera un nouveau gouvernement de technocrates apolitiques.

«J'ai décidé de former un gouvernement de compétences nationales sans appartenance politique qui aura un mandat limité à la gestion des affaires du pays jusqu'à la tenue d'élections dans les plus brefs délais», a-t-il déclaré dans une adresse télévisée à la Nation.

Hamadi Jebali n'a pas fixé de calendrier de refonte du gouvernement et compte garder la tête de ce nouveau cabinet qui devra être confirmé par l'Assemblée nationale constituante. Il n'a par ailleurs pas donné les noms des futurs ministres.

Meurtre odieux

Cette décision intervient alors que la coalition de laïcs de gauche et des islamistes d'Ennahda ne parvenaient pas depuis des mois à un compromis sur la distribution des ministères régaliens.

Hamadi Jebali a dit que la décision de former un cabinet de technocrates restreint avait été arrêtée avant le meurtre «odieux qui a choqué notre peuple».

«L'assassinat (de Belaïd) a accéléré ma prise de position pour laquelle j'assume ma responsabilité entière devant Dieu et devant notre peuple», a-t-il déclaré.

Les alliés laïcs des islamistes réclamaient que des portefeuilles régaliens soient confiés à des indépendants ce à quoi la frange dure d'Ennahda se refusait.

Hamadi Jebali est considéré comme un modéré dans son parti et comme étant favorable à ce que la Justice et les Affaires étrangères soient sous le contrôle de personnalités apolitiques.

Les nouvelles élections ne pourront pas avoir lieu avant l'adoption d'une Constitution dont la rédaction est dans l'impasse depuis des mois faute de compromis à la Constituante formée en octobre 2011.

La Tunisie a été secouée depuis l'été par plusieurs vagues de violences politiques et sociales, laissant craindre la déstabilisation du pays deux ans après la révolution qui a fait chuter le régime de Zine El Abidine Ben Ali. (afp/Newsnet)

Créé: 06.02.2013, 20h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Rensk Brönsk

07.02.2013, 13:05 Heures
Signaler un abus

Sans appartenance politique... donc des non élus comme en Italie ? C'est la mode en ce moment tout en prétendant être une démocratie... Répondre



Sondage

Mondial 2014: la Suisse a-t-elle une chance de passer en huitièmes de finale?




Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne