La Une | Mercredi 26 novembre 2014 | Dernière mise à jour 10:14
Témoignage

«On se fait à l’idée que l’on va vivre cela une fois par année»

Mis à jour le 04.11.2012 1 Commentaire

Architecte lausannois vivant à New York depuis deux ans, Mattias Ernst et sa famille ont vécu cinq jours sans eau ni électricité.

1/16 Les gens erraient dans les ruines en cendres de Breezy Point.
Image: Reuters

   

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

«Tout a été rétabli durant la nuit de vendredi à samedi, heureusement car on atteignait la limite maximale», relatait samedi par téléphone Mattias Ernst. L’architecte lausannois, cinquantenaire vit depuis deux ans à Manhattan sur Lexington avenue.

Durant cinq jours il a vécu sans eau ni électricité. «Ce qui est étonnant ce sont les synergies qui se créent et l’esprit de solidarité entre les habitants», relate-t-il. Il raconte comment les habitants de New York se retrouvent désœuvrés et cèdent au fatalisme. «On a l’impression qu’il faut se faire à l’idée que l’on va vivre cela une fois par année.» De fait, en deux ans de vie à New York, la famille Ernst a déjà été confrontée à deux ouragans: Irene en 2011 et Sandy cette année.

Je me suis senti en sécurité

«Par contre, je me suis toujours senti en sécurité, note-t-il. Nous sortions dans les rues. Il y avait beaucoup de gens qui se déplaçaient avec des valises pour aller vivre quelque temps dans d’autres quartiers. J’ai entendu dire que Brooklyn ou le New Jersey ont connu des situations bien plus dramatiques.»

«Le plus difficile a été le manque d’eau, reconnaît Mattias Ernst. C’est ce qui aurait été le plus dur à vivre si cela s’était prolongé.» Les habitants s’étaient pourtant préparés: «il y a des quantités industrielles de nourriture jetée dans les rues. Les gens avaient fait des réservés mais sans électricité tout est foutu dans les frigos.» Et les Suisses de tirer des conclusions pour la prochaine fois. «On fera des réserves d’eau et on aura une bonne vielle radio avec des piles. On a pris l’habitude de tout faire avec des smartphones, mais leur batterie ne tient même pas une journée.»

Créé: 04.11.2012, 11h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Paul Martin

05.11.2012, 09:36 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 6

Pas besoin de s'exiler à NYC! Le "Grand Frisson" ici aussi c'est p-o-s-s-i-b-l-e! Bon, ça demande quelques mois d'anticipation, mais au bout du compte le résultat est g-a-r-a-n-t-i! Suffit de pas régler les factures des sévices industriels, la pénurie, eau-gaz-éléctricité livrée à domicile comme par enchantement par un charmant, voire, préposé en livrée... Répondre



Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?