La Une | Vendredi 24 octobre 2014 | Dernière mise à jour 19:16
Vérités

Fillon a donné «plusieurs fois sa démission» à Sarkozy

Mis à jour le 04.05.2013 2 Commentaires

L'ancien Premier ministre se démarque de Nicolas Sarkozy dans un documentaire, qui sera diffusé le 8 mai sur France 3, où il explique ce qui l'opposait à l'ancien chef de l'Etat.

François Fillon raconte qu'il était loin d'être toujours d'accord avec Nicolas Sarkozy.

François Fillon raconte qu'il était loin d'être toujours d'accord avec Nicolas Sarkozy.
Image: AFP

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

«En 2007, Sarkozy croit que ça va s'arranger. Moi, non», affirme François Fillon dans ce documentaire d'1 heure 30, signé par Laurent Portes et écrit par Franz-Olivier Giesbert. «Il pense que c'est très maîtrisable, moi, je pense que c'est une crise structurelle très grave», ajoute le Premier ministre.

Intitulé «Nicolas Sarkozy, secrets d'une présidence», le documentaire rassemble de très nombreux témoignages de proches et d'anciens ministres de Nicolas Sarkozy. Il est truffé d'extraits d'interventions de l'ex-chef de l'Etat, d'images de sa campagne victorieuse de 2007 et de son quinquennat.

Lors d'un déplacement en Corse le 21 septembre 2007, François Fillon déclare: «je suis à la tête d'un État qui est en situation de faillite». «Nicolas Sarkozy m'appelle et me dit qu'il ne comprend pas, que je suis trop pessimiste, que je dénigre mon pays, qu'il faut donner au pays une vision plus optimiste de l'avenir (...) Je lui ai donné plusieurs fois ma démission, ça n'a pas été des moments faciles», se souvient l'ancien Premier ministre, resté à Matignon, durant tout le quinquennat.

«On a bu un peu de rosé»

Pour Roselyne Bachelot, proche du député de Paris, ce que Nicolas Sarkozy n'a pas apprécié, c'est qu'il dise qu'il était «à la tête» d'un Etat en faillite. «Très intéressant, le lapsus de Fillon!», s'exclame Alain Minc. Le Premier ministre d'alors «a fait un dérapage institutionnel hallucinant. Il est chef de l'administration, pas de l'Etat. J'impute ça au rosé corse», plaisante-t-il. «C'est vrai», en Corse, «on a bu un peu de rosé» et il y avait «les syndicats agricoles qui demandaient de l'argent»... Fillon lâche alors la phrase que Sarkozy lui reprochera.

Mais au-delà, «j'ai senti qu'il y avait un problème», avec «la tentative de mettre le Premier ministre sous l'autorité du secrétaire général de l’Élysée», Claude Guéant, affirme également François Fillon. (M. Guéant avait notamment accordé une grande interview à La Tribune le jour même où François Fillon devait prononcer son discours de politique générale à l'Assemblée).

Sarkozy, «ce lapin Duracel»

Autre sujet de divergence: le Front national. «Il y avait une différence d'approche irréconciliable. Nicolas Sarkozy pense que le Front national est à combattre parce qu'il affaiblit la droite et qu'il nous fait perdre - c'est d'ailleurs ce qui s'est passé à l'élection présidentielle - moi, je pense que le Front national est à combattre parce qu'il est en dehors des limites du pacte républicain tel que je le considère. Ca, c'est une vraie divergence», assure François Fillon.

Malgré ces critiques, l'ancien Premier ministre reconnaît que sans «l'engagement extrêmement volontaire de Nicolas Sarkozy» en 2008, «on aurait eu une faillite du système financier». Il se dit «fasciné par le côté lapin Duracel» de Sarkozy. «Moi, j'ai des moments où j'aime bien fermer les portes, lui c'est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an».

Il qualifie également de «visionnaire» l'ouverture opérée par Nicolas Sarkozy en début de quinquennat. Aujourd'hui, «la France est dans une situation tellement difficile qu'à un moment, il va falloir mettre autour de la table les gens de bonne volonté pour essayer de redresser le pays. Je ne sais pas quand ça se produira mais il va falloir que ça se produise. D'une certaine façon, Nicolas Sarkozy avait anticipé ça», affirme François Fillon.

Ce documentaire sera suivi d'un autre, de 60 minutes écrit par la journaliste Anna Cabana et réalisé par Jean-Charles Deniau sur le thème «La droite a-t-elle tué Nicolas Sarkozy?».

(afp/Newsnet)

Créé: 04.05.2013, 21h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Raymond Jean

05.05.2013, 11:58 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Si la Droite n'est pas ma tasse de thé, le chemin de sa lente et douloureuse refondation est intéressante. On se demande quel est l'agenda de M.Fillon, pourquoi faire maintenant ces déclarations ? On sait que les deux prétendants au leadership de l'UMP n'ont plus très envie d'organiser cette élection interne. L'un et l'autre craindraient-ils de se faire doubler par de jeunes outsiders ? Répondre


Olivier Haas

05.05.2013, 03:40 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 5

Quel courage Fillon avec son air de faux-fuyant ... Répondre