La Une | Vendredi 19 septembre 2014 | Dernière mise à jour 09:23
Affaire du Carlton

«DSK me tenait les mains. Il m'a fait mal»

Par Jérémy Santallo. Mis à jour le 04.05.2012

D'après «Libération», les juges de l'affaire du Carlton sont sur la piste de «viol en réunion». Deux témoignages de prostituées belges viennent encore accabler Dominique Strauss-Kahn.

Articles en relation

Partager & Commenter

Les trois magistrats chargés d'enquêter sur l'affaire du Carlton de Lille ont demandé un réquisitoire supplétif le 28 mars dernier. Ils souhaitent pouvoir travailler sur des possibles faits de «viol en réunion».

D'après Libération, cette requête des juges s'appuie sur les dépositions de deux escort girls qui ont participé aux parties fines à Washington entre le 15 et le 18 décembre 2010. D'après une jeune belge de 25 ans, entendue le 5 décembre 2011, Dominique Strauss-Kahn aurait «utilisé la force, c'est-à-dire qu'il me tenait les mains. Il me tirait les cheveux, il m'a fait mal. Je pèse 50 kilos, lui est plus lourd». Selon elle, l'ancien patron du Fonds Monétaire International (FMI) aurait tenté de la sodomiser. «J'ai refusé en lui disant non, je ne veux pas. J'ai essayé de me dégager mais c'était compliqué car il était sur moi et il est très lourd (...). Certes, je n'ai pas hurlé, mais j'ai dit clairement que je ne voulais pas, à plusieurs reprises, à haute voix.»

L'autre jeune fille présente ce 16 décembre 2010 à l'hôtel W. de Washington est venue nuancer le témoignage de son amie. «Je voyais à sa tête que ça ne lui plaisait pas». Avant d'ajouter face aux policiers belges: «Je ne l'ai pas entendue dire non, si elle ne voulait pas, et si elle avait crié je l'aurais entendue et je serais intervenue».

«Pas à mon intention»

Selon le quotidien, Dominique Strauss-Kahn fait partie des quatre protagonistes visés avec Jean-Christophe Lagarde, commissaire, ancien chef de la sûreté à Lille, David Roquet, chef d’une filiale d’Eiffage, et son ami Fabrice Paszkowski, celui qui échangeait les fameux SMS avec DSK pour planifier les parties fines. Jusqu'à présent, les magistrats enquêtaient uniquement sur des faits de proxénétisme, d'abus de biens sociaux, escroquerie et blanchiment.

Contacté par Libération, le parquet de Lille a expliqué qu'il ne rendrait pas son verdict dans les prochains jours afin de ne pas «perturber le scrutin présidentiel». «Cette ordonnance est actuellement en cours d’analyse», a-t-il expliqué.

Dominique Strauss-Kahn, mis en examen pour «proxénétisme aggravé en bande organisée» dans l'affaire du Carlton de Lille, a déclaré devant les juges qu'il ne lui était «jamais apparu» que les soirées libertines «étaient organisées à (son) intention», selon le site du Figaro dimanche dernier. (Newsnet)

Créé: 04.05.2012, 11h14

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?