Il tue sa mère, avant d'avouer son acte à son psychiatre

FRANCEUn homme de 32 ans a tué sa mère de plusieurs coups de couteau jeudi matin à Saumur (Maine-et-Loire), avant de se rendre chez son psychiatre pour lui avouer son geste.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les faits se sont déroulés en fin de matinée jeudi au domicile de la mère, Martine Leblanc, une veuve de 60 ans, qui y vivait depuis plusieurs années avec son fils.

«Il s'est présenté à son psychiatre à Saumur en lui avouant le meurtre de sa mère et en demandant à être hospitalisé. Le médecin lui a délivré un certificat d'hospitalisation et l'a fait transporter en urgence en ambulance», a précisé François Touron, le procureur de la République adjoint d'Angers.

Selon une source judiciaire, le médecin n'avait pas d'obligation d'alerter la police après la confession faite par son patient. Dans le même temps, un étudiant étranger, locataire de la victime, a prévenu les secours après avoir découvert le corps de sa propriétaire dans la cuisine de la maison. «Il a entendu une altercation de sa chambre» et «a donné l'alerte après le départ de la maison du mis en cause», a précisé François Touron.

Le magistrat a aussi indiqué que l'homme n'avait aucun antécédent judiciaire.

Aucune information judiciaire n'a été ouverte à ce stade, le fils n'ayant pas encore pu être entendu, a indiqué le parquet d'Angers. «Nous ne savons pas combien de temps peut durer l'hospitalisation. En tout état de cause, le fils est le présumé coupable», a souligné le magistrat. (afp/Newsnet)

(Créé: 11.01.2013, 16h48)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 2

Deux migrants menacent de se jeter d'un toit à Lausanne, publié le 1er septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...