Film anti-islam: le Pakistan à feu et à sang

Colère islamiqueLes autorités pakistanaises avaient décrété vendredi journée fériée, baptisée «Jour de l'amour du Prophète», afin de permettre à la population de manifester pour la défense de l'islam et de Mahomet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Pakistan a été le principal foyer musulman de manifestations contre le film américain anti-islam vendredi après la grande prière, une mobilisation très éclatée de plusieurs dizaines de milliers de personnes qui a dégénéré en violences, faisant 17 morts et plus de 200 blessés.

Dans les autres pays musulmans, les protestations anti-américaines ou anti-françaises, à la suite de la publication de nouvelles caricatures de Mahomet en France, sont restées limitées et sans violences après la prière du vendredi.

A contrario, à Benghazi en Libye, une manifestation de plusieurs centaines de salafiste a provoqué un contre rassemblement de plusieurs dizaines de milliers de personnes protestant contre la présence des milices armées dans la ville, où l'ambassadeur américain en Libye et trois autres Américains avaient été tués, le 11 septembre lors des premières protestations contre le film «L'innocence des musulmans».

Quatre morts à Benghazi

Des centaines de manifestants ont délogé dans la soirée le groupe salafiste d'Ansar al-Charia de la caserne qu'il occupait au centre de la ville et incendié le bâtiment, a constaté un journaliste.

Plus tard, quatre personnes ont été tuées et quarante blessées dans des combats entre des manifestants armés et une brigade formée d'islamistes mais dépendant du ministère de la Défense, selon des sources hospitalières.

Les autorités pakistanaises avaient décrété vendredi journée fériée, baptisée «Jour de l'amour du Prophète», afin de permettre à la population de manifester pour la défense de l'islam et de Mahomet, tournés en ridicule dans le film américain à petit budget diffusé sur internet.

Le bilan était vendredi soir de 17 morts -douze à Karachi, la mégalopole du Sud, et cinq à Peshawar, la plus grande ville du Nord-Ouest- et de 229 blessés en comptant ceux recensés à Islamabad, la capitale, où les manifestants étaient tenus à distance des ambassades occidentales. Ces décès portent à 19 le nombre de morts au Pakistan depuis le début des manifestations contre le film américain la semaine dernière.

Alors que les marchés et autres commerces étaient totalement fermés, les manifestations se sont multipliées et ont pris de l'ampleur dans l'après-midi, après la prière, sous l'impulsion des influents partis islamistes et de certains groupes extrémistes.

Cinémas incendiés

Les premiers incidents graves ont éclaté dans la matinée à Peshawar, la principale ville du nord-ouest, région très conservatrice frontalière de l'Afghanistan, où des milliers de personnes ont manifesté contre le film.

Cinq personnes ont été tuées et 79 blessées dans des heurts avec la police après que les protestataires eurent saccagé et incendié deux cinémas.

Douze personnes, dont un policier, ont aussi perdu la vie et plus de 100 ont été blessées au cours d'affrontements à Karachi, capitale économique du pays, où des manifestants ont aussi incendié trois cinémas, trois banques et un établissement d'une chaîne américaine de restauration rapide, selon la police.

Les forces de sécurité étaient particulièrement en alerte à Islamabad où des barrages avaient été disposés pour éviter tout assaut contre l'enclave diplomatique où sont notamment installées les ambassades des Etats-Unis et de France.

Près de 20'000 personnes ont manifesté aux cris de «Les Américains sont des chiens» et «Les amis des Américains sont des traîtres» près de l'enclave, en jetant pour certains des pierres à la police, qui a répliqué en tirant des grenades lacrymogènes. Les manifestants s'étaient dispersés en milieu de soirée. Jeudi, des échauffourées au même endroit avaient fait 50 blessés.

Le premier ministre pakistanais Raja Ashraf avait pourtant appelé en début de journée la population à manifester pacifiquement, tout en condamnant fermement le film américain, une «attaque inacceptable» contre «le Prophète».

Manifestations fréquentes

Les manifestations anti-américaines sont fréquentes au Pakistan, pays de 180 millions d'habitants, où les puissants groupes islamistes dénoncent régulièrement l'alliance du gouvernement d'Islamabad avec Washington.

Mais une telle vague de manifestations simultanées et pour les mêmes motifs y est plus inédite. Plus de 4'000 personnes ont également manifesté à Lahore, la seconde ville du pays, plusieurs milliers à Multan, et 30'000 à Muzaffarabad, la capitale du Cachemire pakistanais, selon la police.

Si les manifestants y ont affirmé leur hostilité envers les Etats-Unis et le film américain, ils n'ont pas mentionné les caricatures de Mahomet publiées en France par l'hebdomadaire satirique «Charlie Hebdo».

Les Etats-Unis ont répété vendredi qu'ils n'avaient rien à voir avec le film dénigrant le prophète Mahomet, produit sur leur territoire il y a un peu plus d'un an.

Un groupe conservateur américain opposé à l'islam a lui annoncé le début lundi dans le métro de New York d'une campagne d'affiches assimilant les musulmans qui prêchent le djihad à des «sauvages». Dans le reste du monde musulman, aucun mouvement violent n'a été recensé.

(ats/nxp)

Créé: 22.09.2012, 07h17

Articles en relation

Accalmie dans le monde musulman, sauf au Pakistan

Colère islamique Les pays occidentaux redoutaient de nouvelles manifestations de colère des musulmans vendredi, jour de la grande prière hebdomadaire. Mais à l'exception du Pakistan, où de violents heurts ont fait 13 morts, les rassemblements ont été dans l'ensemble pacifiques. Plus...

Au Pakistan, des milliers de personnes dans les rues

CARICATURES DE MAHOMET Les manifestations contre un film anti-islam, attisées par la publication en France de caricatures de Mahomet, ont repris localement vendredi, jour de la grande prière au Pakistan. Bilan: 3 morts et 4 cinémas brûlés. Plus...

Un spot américain diffusé à la télévision pakistanaise

Film anti-islam L'ambassade américaine à Islamabad a fait diffuser jeudi à la télévision pakistanaise un message condamnant le film anti-islam "Innocence of Muslim" ("Innocence des Musulmans") à l'origine de manifestations violentes dans le monde arabo-musulman. Plus...

Des caricatures «doublement irresponsables», selon l'ONU

Affaire Charlie Hebdo Les caricatures de Charlie Hebdo, publiées après la diffusion du film américain anti-islam, sont «doublement irresponsables», a affirmé vendredi un porte-parole de l'ONU. A la fois le film et la publication des caricatures sont «malveillants» et «délibérement provocatifs», a-t-il dit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...