Obama et Cameron examinent des options militaires en Syrie

ConflitLe président des Etats-Unis Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron sont convenus que la Syrie avait probablement perpétré une attaque aux armes chimiques contre son peuple.

Deux personnes se recueillent devant une victime des attaques chimiques présumées.

Deux personnes se recueillent devant une victime des attaques chimiques présumées. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Barack Obama et David Cameron ont examiné des options militaires en Syrie.

Les deux dirigeants des pays alliés se sont parlés au téléphone et ont exprimé «leur profonde préoccupation (...) devant des signes de plus en plus importants (indiquant) qu'une attaque significative aux armes chimiques avait été menée par le régime syrien contre son propre peuple», selon un communiqué de Downing Street.

Et «le fait que le président (syrien Bachar al) Assad n'a pas coopéré avec les Nations unies laisse penser que le régime a quelque chose à cacher», a accusé Londres, ajoutant que «l'utilisation significative d'armes chimiques mériterait une réponse sérieuse de la communauté internationale».

De son côté, le président Obama s'est fait présenter toute la journée à la Maison Blanche les possibles opérations militaires qui pourraient être déclenchées contre la Syrie.

«Le président a assisté à l'exposé détaillé qu'il avait demandé sur la palette d'options potentielles devant préparer les Etats-Unis et la communauté internationale à répondre à l'utilisation d'armes chimiques», a indiqué la présidence à l'issue d'une réunion autour de Barack Obama, en présence du vice-président Joe Biden et des plus hauts responsables gouvernementaux, militaires et du renseignement du pays.

Le président américain est sous pression depuis que l'opposition syrienne a accusé le régime -- avec des photos et vidéos qui ont fait le tour du monde -- d'avoir perpétré le 21 août une attaque de grande ampleur aux armes chimiques qui aurait fait au moins 1000 morts. L'organisation Médecins sans frontières a fait état du décès de 355 patients «présentant des symptômes neurotoxiques», tout en restant prudente sur leur origine et sur les responsabilités.

La Syrie nie en bloc

La Syrie nie en bloc et accuse même ses ennemis rebelles d'avoir utilisé des armes chimiques près de Damas.

Pour faire monter la pression, un responsable du département d'Etat a révélé samedi soir que le secrétaire d'Etat John Kerry avait exceptionnellement téléphoné, jeudi, à son homologue syrien Walid al-Moualem pour lui signifier que «si le régime syrien n'avait rien à cacher, il aurait dû autoriser un accès immédiat et sans entrave au site» de l'attaque présumée.

Washington reste toutefois prudent sur les faits.

La Maison Blanche a répété que les «services de renseignement américains continuaient de rassembler des faits afin de déterminer de manière certaine ce qui s'est passé».

Il n'empêche que le patron du Pentagone Chuck Hagel avait implicitement annoncé vendredi soir le déploiement de moyens militaires afin de fournir des «options» au président s'il devait donner l'ordre d'intervenir en Syrie. Ces moyens comprennent l'envoi en Méditerranée d'un quatrième destroyer équipé de missiles de croisière, selon un responsable de la Défense.

En revanche, ni l'envoi de «troupes au sol, (ni) une zone d'exclusion aérienne n'ont été discutés» lors d'une première réunion jeudi à la Maison Blanche, d'après un diplomate américain. (afp/nxp)

Créé: 25.08.2013, 07h54

Dossiers

Articles en relation

Téhéran reconnaît l'utilisation d'armes chimiques

Conflit L'Iran, allié du président syrien Bachar al Assad, a reconnu pour la première fois samedi par la voix de son président Hassan Rohani, que des armes chimiques avaient été utilisées en Syrie. Plus...

La pression internationale s'accentue sur la Syrie

Armes chimiques La pression internationale demande au régime syrien pour qu'il autorise les experts des Nations unies présents à Damas à inspecter les faubourgs est de la capitale touchés par une attaque présumée au gaz neurotoxique. Plus...

Une attaque chimique aurait fait 1300 morts en Syrie

Damas L'opposition affirme qu'une attaque aux armes chimiques a fait plus de 1300 morts près de Damas. L'armée dément ces informations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...