Le Panama promet de mieux contrôler ses avocats

«Panama Papers»Le gouvernement a annoncé une mesure pour lutter contre l'évasion fiscale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le gouvernement panaméen va renforcer ses contrôles sur les cabinets d'avocats qui opèrent dans le pays, au coeur du scandale des «Panama Papers», a-t-il annoncé jeudi. La mesure doit permettre d'éviter le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale.

«Après les publications (des documents à l'origine du scandale), nous allons mettre en place une supervision spéciale et ce travail s'ajoute à celui que nous avions déjà réalisé dans le secteur des (cabinets) d'avocats», a déclaré Carlamara Sanchez, la responsable de l'Intendance de supervision des sujets non-financiers. Elle s'exprimait lors d'une conférence de presse.

Créé en 2015 par le gouvernement panaméen, cet organisme public supervise différentes activités économiques, des casinos aux maisons de change, en passant par les entreprises immobilières, les bijouteries ou les notaires. Sa tâche est d'éviter le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale.

Nouveaux contrôles prévus

Depuis, plusieurs cabinets d'avocats - dont Mossack Fonseca, au coeur du scandale - avaient été contrôlés par cette entité. «Mossack Fonseca faisait partie des entreprises qui ont été supervisées (depuis 2015), mais la loi m'empêche de vous donner des éléments sur ce qui avait été trouvé», a déclaré Carlamara Sanchez.

Elle a cependant souligné que Mossack Fonseca et l'Intendance de supervision avaient mis en place un «plan d'action» pour combattre le blanchiment de capitaux, sans plus de précision. «Nous allons lancer dans les prochains jours de nouveaux contrôles dans le secteur des (cabinets) d'avocats», a-t-elle déclaré.

Le procureur panaméen chargé de la lutte contre le crime organisé a écarté mercredi de prendre des mesures «pour le moment» contre Mossack Fonseca, au terme de 27 heures de perquisition.

Le système financier panaméen fait l'objet de sévères critiques depuis la fuite des «Panama Papers» qui a révélé comment Mossack Fonseca créait des sociétés offshore. Plus de 214'000 entités offshore sont impliquées dans les opérations financières dans plus de 200 pays et territoires, selon les révélations d'un consortium d'investigation. (ats/nxp)

Créé: 15.04.2016, 04h33

Articles en relation

Perquisitions dans les locaux de Mossack Fonseca

«Panama Papers» La police panaméenne a passé plusieurs heures dans le cabinet d'avocats. Plus...

Des agents secrets impliqués avec Mossack Fonseca

«Panama Papers» Plusieurs agences ont eu recours aux services du cabinet panaméen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...