Le réquisitoire Ebola exige la réforme de l'OMS à Genève

Genève internationaleLe Haut-Comité pour une réponse globale aux crises sanitaires a rendu un véritable réquisitoire sur la gestion de la crise Ebola.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La crise d'Ebola en Guinée, Sierra Leone et Nigeria a mis en lumière les manquements et les failles de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dont le siège est à Genève. Cette épidémie d'Ebola fut une tragédie qui a fait 11 000 morts. Elle donna aussi un «signal d'alerte» à la communauté internationale. Fort de ce constat, le secrétaire général de l'ONU avait mis en place un Haut-Comité pour une réponse globale aux crises sanitaires, qu'il a chargé de faire des recommandations afin de renforcer les capacités de réponses internationale, nationale et locale face aux pandémies. Pour les rapporteurs, le risque d'une crise majeure est en effet sous-estimé aujourd'hui. Et une nouvelle épidémie pourrait provoquer des millions de morts. Une modélisation réalisée par la Fondation Bill Gates estime qu'un virus pourrait ainsi atteindre les grands capitales du monde en 60 jours et faire 33 millions de victimes en moins d'un an. Effrayant!

Mais avant de faire ses recommandations, le Haut-comité et son président, le Tanzanien Jakaya Mrisho Kikwete, ont dressé un véritable réquisitoire sur «l'inaction» et le manque de discernement durant cette épidémie d'Ebola. Le rapport souligne aussi la faiblesse des capacités de réponse de l'OMS à de telles crises et la nécessité de réformer l'institution. Et voilà qu'une nouvelle crise, celle du virus zika, fait trembler 33 pays.

Multiples manquements

«Des milliers de vie auraient pu être sauvées en Afrique de l'ouest » durant la crise d'Ebola, si les recommandations après l'épidémie de grippe H1N1 de 2009 avaient été communiquées à ces pays, écrivent les auteurs du rapport. «De multiples manquements ont été identifiés, démontrant que le monde était mal préparé». D'abord, «il a fallu attendre que 1600 personnes soient infectées et que l'épidémie soit hors de contrôle pour que l'OMS déclare une urgence internationale de santé publique. L'absence de moyens de surveillance sanitaire sur le terrain n'a pas permis d'établir rapidement la réalité de la menace. Et malgré les nombreuses mises en garde de MSF, les gouvernements ont affirmé à tort que la crise était maîtrisée, alors qu'elle ne l'était pas. Cette crise a aussi souligné le manque de personnels de santé formés, la piètre coordination des moyens de lutte, la compréhension limitée des réponses à donner et le manque de ressources.

Les délais de réponse et les fautes ont entraîné des pertes humaines. Le bilan fut de 11316 morts, 28638 personnes infectées et 2,2 millions de dollars de pertes économiques.

Depuis, les dirigeants de l'OMS ont promis de réformer l'organisation pour qu'elle puisse mieux réagir en urgence.


Sept mesures pour mieux faire face aux épidémies

Parmi les 27 préconisations du rapport, nous en avons retenu sept que voici:

1 - Créer un centre opérationnel d'urgence aux crises sanitaires au sein de l'OMS, doté de 10% des contributions volontaires au budget de l'organisation.

2- Organiser un sommet en 2018 sur la réponse globale d'urgence aux crises sanitaires.

3- Augmenter de 10% de la part des Etats au budget de l'OMS.

4- Faire appliquer le réglement sanitaire international par tous les pays d'ici 2020 ( plans et exercices d'urgence, surveillance sanitaire, laboratoire national de biologie, constitution d'équipes formées aux pandémies) et procéder à un examen périodique de la situation dans chaque Etat. Car un tiers seulement des 196 pays a appliqué le réglement sanitaire international chez lui.

5- Constituter un fonds international pour la recherche et le développement sur les virus, doté d'un milliard de dollars par an, et placé sous la supervision de l'OMS, qui définit les priorités de recherche. Actuellement, sur les 214 milliards de dollars investis en recherche et développement pour la santé, moins de 2% sont alloués aux agents pathogènes contagieux dits »négligés«.

6 - Accélérer la réalisation des objectifs du développement durable en matière de santé

7- Organiser l'accès aux vaccins et médicaments dans les pays, renforcer leurs systèmes de santé et les aider en temps de crise. Assister les pays pour la recherche et la production de vaccins et médicaments. (24 heures)

Créé: 10.02.2016, 10h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Angela Merkel lève son opposition au mariage gay, paru le 28 juin
(Image: Bénédicte?) Plus...