Stopper la médicalisation des mutilations génitales

RapportMédicaliser les mutilations sexuelles contrecarre les efforts mondiaux pour mettre fin à ces pratiques, estime l'Ined.

Image prétexte - un dispensaire, en Guinée Bissau.

Image prétexte - un dispensaire, en Guinée Bissau. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La pratique, de plus en plus fréquemment médicale, et non 'traditionnelle' des mutilations génitales féminines dans certains pays «dévoie» les campagnes de sensibilisation et compromet l'éradication de l'excision, dénonce l'Institut français d'études démographiques (Ined) dans un rapport rendu public mercredi.

Longtemps décrite comme un rite de passage à l'âge adulte, l'excision tend à être pratiquée de plus en plus tôt : avant 10 ans pour la majorité des femmes dans la plupart des pays concernés et avant cinq ans pour les plus jeunes générations.

Depuis plusieurs années, à cette tendance au rajeunissement de la pratique s'ajoute le développement «inquiétant» de sa médicalisation dans plusieurs pays (Egypte, Guinée, Indonésie, Kenya, Nigeria, Soudan du Sud, Yémen), souligne l'Ined.

Si dans la majorité des cas, les mutilations continuent à être faites par des exciseuses «traditionnelles», de plus en plus de filles sont excisées par des professionnels de santé en milieu médical, sous prétexte de réduire les risques sanitaires de l'opération.

Réassignation de sexe

A l'initiative du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), les organisations internationales ont condamné ce «dévoiement des premières campagnes de sensibilisation, qui compromet l'éradication de l'excision», souligne l'Ined.

Elle rappelle par ailleurs que d'autres pays pratiquent des chirurgies de «réassignation» sur des nouveaux-nés qui possèdent des caractéristiques des deux sexes et qu'on observe aux Etats-Unis, en Amérique Latine, en Asie et en Europe, un développement très récent de pratiques de chirurgie esthétique génitale, telles que la nymphoplastie (ablation totale ou partielle des petites lèvres).

Quelque 200 millions de femmes et de filles dans le monde ont subi des mutilations génitales et la moitié d'entre elles vivent en Egypte, Ethiopie et Indonésie, selon une évaluation du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) rendue publique en 2016, rappelle l'Ined.

Chiffres

Aux 30 pays où ces mutilations ont été pratiquées (27 pays africains, le Yémen, l'Irak et l'Indonésie), s'ajoutent des filles et femmes originaires de pays à risque et vivant dans des pays d'immigration, pour lesquels on ne dispose pas encore d'estimation globale, ajoute l'institut.

De récentes études évaluent par exemple à près de 500.000 le nombre des filles ou des femmes mutilées ou exposées au risque aux Etats-Unis et à plus de 500'000 le nombre des migrantes concernées en Europe. (afp/nxp)

Créé: 12.04.2017, 02h24

Articles en relation

«Les docteurs ne pouvaient pas dire si j’étais un garçon ou une fille»

Témoignage Née intersexe, Daniela Truffer a été opérée enfant. Elle combat cette pratique, qu’elle assimile à une mutilation sexuelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...