La Une | Jeudi 23 octobre 2014 | Dernière mise à jour 22:44
Nature

Les manchots menacés d'extinction au Chili et au Pérou

Mis à jour le 27.04.2013 1 Commentaire

Auparavant ils étaient des milliers, mais l'activité humaine, les courants marins et les rats mettent en danger la survie des manchots d'Amérique du Sud.

De tous les pingouins du Chili, ceux de Humboldt vivent le plus au nord du pays.
Image: ARCHIVES

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Des dizaines de manchots de Humboldt, une espèce menacée qui niche seulement au Chili et au Pérou, prennent le soleil sur l'îlot du Petit Oiseau, sur la côte centrale chilienne: auparavant, ils étaient des milliers mais l'activité humaine, les courants marins et les rats mettent leur survie en danger.

De tous les manchots du Chili, ceux de Humboldt vivent le plus au nord du pays. Au Pérou, où ils constituent la seule espèce de manchots recensée, ils se trouvent sur les îles de Callao et dans la réserve nationale de Paracas. Mais ils sont de moins en moins nombreux.

Sur l'îlot du Petit Oiseau, dans la station balnéaire de Algarrobo, à 120 km à l'ouest de Santiago, on en a vu jusqu'à 20'000. Ils ne sont que 500 aujourd'hui.

«Avant, c'était rempli de manchots et d'oiseaux, mais avec le temps, ils ont commencé à diminuer», raconte Ruben Rojas, un pêcheur, en désignant un îlot ovoïde de 200 mètres de diamètre et de 40 m de haut.

Sanctuaire de la nature

Petit Oiseau a été déclaré sanctuaire de la nature en 1978, lorsqu'il a été relié au continent par une digue de ciment de 150 mètres pour permettre la construction de la Confrérie nautique du Pacifique austral, un yacht club select. Pour les habitants, cette digue a marqué le déclin progressif de la faune et de la flore de l'îlot.

Ces derniers mois (durant l'été austral), les craintes de la population se sont vues confirmées après la diffusion d'une vidéo montrant des employés du yacht club détruire des oeufs de manchots pour éviter leur prolifération, ce que dément le club. Une enquête est en cours.

«S'ils les exterminent tous, on en finit avec les déjections qui font que l'île sent mauvais», présume Ruben Rojas, pour tenter d'expliquer leur geste. Au Chili, les manchots de Humboldt sont considérés comme «vulnérables», alors qu'au Pérou, ils sont déjà «en voie d'extinction».

«Une multitude de facteurs menacent une espèce qui a déjà beaucoup diminué», affirme Alejandro Simeone, directeur du département d'Ecologie et de Biodiversité de l'Université Andres Bello. A l'heure actuelle, on ne dénombre plus que 50'000 manchots de Humboldt dans les deux pays.

Des petits meurent de froid ou de faim

Le phénomène climatique El Niño (caractérisé par des températures anormalement élevées), la pêche au filet (où ces oiseaux se font piéger) et les rats sont les principales menaces pour l'espèce.

Le courant de Humboldt, d'où ces animaux tiennent leur nom, un courant froid chargé d'aliments, est de plus en plus souvent contré par des eaux chaudes d'El Niño, qui altèrent et éloignent la nourriture des manchots, principalement des anchois.

Si ce phénomène se produit en période de reproduction, beaucoup d'oeufs et de petits meurent de froid ou de faim, leurs parents s'éloignant plus longtemps pour parvenir à se nourrir, revenant même parfois bredouilles.

«Mais les oiseaux sont habitués à ce type de choc. L'année suivante, l'espèce se remet. Ce qui se passe aujourd'hui c'est que la pêche prélève une partie importante des poissons et ils ne parviennent pas à s'adapter. Les facteurs s'additionnent», poursuit Alejandro Simeone.

Placés dans des incubateurs

Et si les oeufs ne meurent pas faute de soins, ce sont les rats qui les mangent. «Presque la moitié des oeufs disparaissent au cours des premières 12 heures» s'ils restent sans surveillance, «à cause des rats», selon Alejandro Simeone.

Un programme de reproduction artificielle initié en 2009 par le parc zoologique national à Santiago a donné lieu à la naissance de six petits en captivité, un espoir pour cette espèce.

«Le programme consiste à récupérer des oeufs abandonnés à l'état sauvage (...) Ils sont ensuite placés dans des incubateurs», explique Guillermo Cubillos, responsable du bien-être animal au zoo. «L'important est que le zoo acquière une technique très précieuse de conservation "ex situ"».

Si ces oiseaux disparaissent, ils vont reproduire l'espèce en captivité. C'est comme une assurance vie», veut croire Alejandro Simeone. (afp/Newsnet)

Créé: 27.04.2013, 09h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Christian LOUP

28.04.2013, 09:04 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 1

Extinction au Chili et au Pérou !!! Aucune nouvelles de la France ??? Répondre



Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Sondage

Où achetez-vous votre pain?