Un café convivial pour lever les tabous sur le périnée

SantéL’affaiblissement du plancher pelvien peut provoquer incontinence et baisse du plaisir sexuel. Des solutions existent mais les femmes hésitent trop souvent à aborder ce sujet avec leur médecin.

Pour le premier kegel café, Laysa Issad (au centre) avait convié la sage-femme et sexologue Emilie Maccafferri, qui a notamment expliqué en quoi un périnée tonique est bénéfique lors de l’acte sexuel.

Pour le premier kegel café, Laysa Issad (au centre) avait convié la sage-femme et sexologue Emilie Maccafferri, qui a notamment expliqué en quoi un périnée tonique est bénéfique lors de l’acte sexuel. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elles sont une dizaine, entre 20 et 45 ans, installées dans une salle attenante à une boutique lausannoise de cupcakes. Ce cénacle féminin ne s’est pas réuni que pour déguster des petits gâteaux, mais pour aborder toutes les questions liées au périnée. Qu’elles soient mères, enceintes ou simplement curieuses, toutes s’interrogent sur cet ensemble de muscles essentiels, pourtant très peu connu.

La plupart des femmes ne le découvrent qu’une fois enceintes. «Jusqu’à récemment, je ne savais pas ce que c’était, raconte l’une des participantes. Je suis surprise que mon gynécologue ne m’en ait jamais parlé.» Une autre participante relève que, dans la jungle d’Internet, il n’est «pas évident de dénicher les bonnes informations». «Comme c’est lié à l’intime, le sujet est toujours tabou», remarque Laysa Issad, organisatrice de ce café inédit. A la carte de ce premier rendez-vous: explications pour localiser ce fameux plancher pelvien, conseils pour en prendre soin et une partie réservée à des questions posées anonymement par écrit.

Fille de sage-femme, la Lausannoise Laysa Issad fait partie des rares à avoir été sensibilisée depuis l’enfance. «Que ce soit lorsque je faisais du sport ou lorsque je portais quelque chose, ma mère m’a toujours dit de faire attention à mon périnée.» Pour informer le grand public, elle a créé le site Kegelness.com, du nom du chirurgien américain qui, le premier, a expliqué qu’on pouvait travailler ces muscles. Malgré tout, à l’heure où la nudité se trouve sans cesse mise en avant, cet ensemble musculaire en forme de hamac reste méconnu, car difficile à localiser. Et tabou, car cet entrelacs de structures neuro-musculaires se loge autour de l’urètre, du vagin ou encore de l’anus. Or, lorsque le périnée se distend, cela peut provoquer de l’incontinence et générer, si rien n’est entrepris, des descentes d’organes des années plus tard.

Ne pas attendre pour consulter

La grossesse constitue un grand facteur de risque (lire ci-contre), mais les mères ne sont pas les seules concernées. En Suisse, de 400 000 à 500 000 femmes souffrent d’incontinence. Activité sportive intensive, toux répétitive, obésité ou constipation chronique peuvent causer les troubles, qui touchent aussi des femmes jeunes voire des adolescentes. Parfois, les problèmes ne résultent pas d’un périnée raplapla, mais, au contraire, trop tonique.

Quelle que soit la cause reste une constante. «Les femmes attendent trop souvent d’avoir des problèmes très importants avant d’aller consulter», remarque Laysa Issad. Si son site adopte une allure volontairement girly pour dédramatiser le propos, le contenu n’en reste pas moins sérieux. Informations, avis d’experts, carte des physiothérapeutes spécialisés, témoignages de «kegirls», cette diplômée en communication vise avant tout à vulgariser les connaissances. «Car il y a d’un côté le monde médical qui a des solutions, et de l’autre des femmes qui n’osent pas en parler à leur médecin.»

Venue au premier Kegel Café par intérêt professionnel, Fabienne Duboux, physiothérapeute spécialisée en pelvi-périnéologie à Vevey, confirme: «Même si ça commence à changer, il y a encore un gros déficit d’information.» En plus de la gêne, les femmes n’osent pas toujours consulter par peur de l’opération. «C’est dommage de penser qu’il n’y a rien à faire, car on peut intervenir avec la physiothérapie, sauf s’il y a une descente d’organes importante. Il y a aussi des rééducations spécifiques pour l’incontinence anale. Il vaut la peine d’oser en parler, même si c’est encore plus difficile.» Et il n’est jamais trop tard: «Il n’y a pas d’âge pour muscler son périnée.»

Utile au plaisir sexuel

Sage-femme et sexologue à Lausanne, Emilie Maccaferri a évoqué un autre avantage d’un plancher pelvien adéquatement musclé: «En contractant le périnée pendant l’acte sexuel, on potentialise la montée de l’excitation, son maintien et l’accès à l’orgasme.» Pour aider à poursuivre le travail physiothérapeutique de tonification à la maison, des outils connectés ont débarqué sur le marché. Laysa Issad en propose sur sa plate-forme, triés sur le volet et testés. «Ces coaches électroniques analysent en temps réel l’état des muscles pelviens et guident dans le travail de musculation intime. Ils étaient disponibles jusqu’ici sur des sites étrangers, ou dans des sex-shops. Or certaines femmes sont gênées de s’y rendre», remarque-t-elle. Gadget? «Je conseille d’aller d’abord voir un spécialiste, car, si on n’a pas compris ce qu’on fait, ça ne sert à rien. Mais c’est très utile dans un deuxième temps, car la plupart des femmes, une fois leurs séances chez le physio terminées, ne refont plus les exercices.»

Enfin, la plupart d’entre eux l’ignorent, mais les hommes aussi ont un périnée, dont l’affaiblissement peut provoquer troubles de l’érection et problèmes urinaires. Et, comme chez la femme, il est possible de le muscler. A quand un café périnée réservé aux messieurs?


www.kegelness.com

Créé: 25.03.2017, 13h17

Parfois ramollo après bébé

Après l’arrivée de bébé, il est normal que le périnée soit affaibli, mais parfois la situation ne revient pas à la normale. «Une femme qui accouche par voie basse a 15 à 30% de risques d’avoir une incontinence urinaire à l’effort, certes d’importance variable, 3 à 5% de risques d’incontinence anale, dont 1% sévère, et pour 12 à 15%, l’orgasme vaginal sera plus difficile à atteindre», remarque le professeur titulaire Sylvain Meyer, médecin agréé à l’Ensemble hospitalier de La Côte et à l’unité d’urodynamique du CHUV. L’auteur de Osons en parler! Connaître son intimité, source de plaisir et de désir, gérer et traiter les problèmes d’incontinence (Ed. Favre) s’est ainsi battu pour que les femmes concernées bénéficient de séances de rééducation, remboursées par l’assurance de base, chez un physiothérapeute spécialisé. Il travaille aussi sur un dispositif qui enregistre ce qui se passe lors de la phase expulsive de l’accouchement: «On a pu démontrer une corrélation entre les différents paramètres de pression et l’apparition d’incontinence. L’idée est de trouver à partir de quel niveau de pression les tissus sont endommagés, afin d’agir autrement, ça éviterait 15 à 20% des problèmes.» Par ailleurs, selon diverses études, le massage du périnée durant la grossesse diminue en partie les atteintes lors de l’accouchement ainsi que le recours à l’épisiotomie. Face au risque, certaines femmes envisagent une césarienne. «On ne le recommande pas, c’est une intervention chirurgicale, et dans 7 cas sur huit, elle serait inutile dans la perspective d’empêcher un problème de plancher pelvien», remarque le gynécologue.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...