La sixième extinction de masse est en cours

BiodiversitéDans une étude inquiétante, des chercheurs concluent que les espèces de vertébrés reculent de manière massive.

La population d'orangs-outans a chuté de 25% ces dix dernières années.

La population d'orangs-outans a chuté de 25% ces dix dernières années. Image: Eric TRAVERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Catastrophe. Le règne animal subit une extinction de masse, la sixième dans l’histoire de la planète. Voilà ce qu’affirme l’étude plus qu’alarmante publiée lundi dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). En particulier, différentes espèces de vertébrés reculent de manière considérable, à la fois en nombre et en étendue géographique, alertent les chercheurs Gerardo Ceballos et Paul Ehrlich.

La «défaunation» aurait des effets désastreux sur les écosystèmes, avec de sérieux impacts écologiques, économiques et sociaux, s’inquiètent-ils. «Cette extinction massive pourrait avoir de nombreuses conséquences sur le fonctionnement de l’écosystème et les services essentiels au maintien de la civilisation.» Pollinisation, assainissement de l’air et de l’eau, stockage du CO2... La faune est essentielle à notre survie.

Les scientifiques ont cherché à quantifier le déclin non plus du nombre d’espèces mais des populations, c’est-à-dire des groupes d’animaux sur un territoire. Pour ce faire, ils ont mené une étude sur la moitié des espèces de vertébrés connues et ont examiné l’évolution de 27 600 espèces de mammifères, reptiles, oiseaux et amphibiens terrestres, réparties sur cinq continents. En se concentrant sur 177 espèces de mammifères, les scientifiques ont constaté que plus de 40% d’entre elles ont perdu, entre 1990 et 2015, 80% de leur aire de répartition historique.

Le temps presse

Ainsi, la planète ne comptait plus que 35 000 lions en 2016 (–43% depuis 1993). En dix ans, la population d’orangs-outans a chuté de près de 25% – il n’en reste désormais plus que 80 000. Le nombre de girafes est passé de 115 000 à 97 000 entre 1945 et 2015. La population des pangolins s’est tout simplement éteinte. Les zones les plus touchées sont celles qui sont les plus riches en termes de faune, comme l’Amazonie ou l’Asie du Sud-Est.

Les causes de cet anéantissement biologique sont tristement connues: agriculture intensive, exploitation forestière, surexploitation des espèces (chasse et pêche), urbanisation, pollution… Mais cette extinction de masse est aussi due à la surpopulation humaine, liée à une croissance démographique et à la surconsommation, en particulier dans les pays les plus riches. «Il ne reste qu’un court laps de temps pour agir, deux ou trois décennies maximum», avertissent les chercheurs.

Gare à la surpopulation!

Afin de limiter les extinctions, Gerardo Ceballos et Paul Ehrlich appellent à réduire la croissance de la population humaine et sa consommation, à utiliser des technologies moins consommatrices, à freiner le commerce des espèces en voie de disparition et à aider les pays en développement à maintenir leurs habitats naturels et leur biodiversité. (24 heures)

Créé: 11.07.2017, 11h06

Chiffres clés du rapport

– Les disparitions d'espèces ont été multipliées par 100 depuis 1900

– 32% des espèces étudiées déclinent en terme de population

– Près de 30% des espèces en déclin sont considérées comme "communes", c'est à dire classées en faible préoccupation et non pas en danger.

- Selon UICN, 42% des espèces d'invertébrés terrestres (papillons, vers) sont menacés d'extinction.

- Au total, 50% des animaux ont disparu depuis 40 ans.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...