La culture rayonne, pas les subventions

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est très facile de savoir ce que coûtent les grandes institutions culturelles aux collectivités. C’est écrit noir sur blanc dans leurs budgets. Et on dit souvent que c’est trop cher.

Il est en revanche impossible de calculer précisément ce que rapporte la culture. Et on dit donc souvent, à juste titre, que c’est inestimable.

Les milieux touristiques vaudois n’hésitent pas à brandir l’image d’excellence du Béjart Ballet pour attirer des touristes. Le Canton ne donne pourtant pas un centime à la compagnie au rayonnement mondial. Lausanne veut que ça change. Comme pour d’autres phares de la culture vaudoise – l’Opéra de Lausanne, l’Orchestre de Chambre (OCL) ou le Théâtre de Vidy – elle ne veut plus être la principale, voire l’unique source de financement.

Ses chiffres rouges n’y sont évidemment pas pour rien. La capitale du canton veut éviter de tomber dans le piège des coupes strictes en taillant dans la culture, cible d’ordinaire privilégiée lorsqu’il s’agit de se serrer la ceinture. Car elle est résolue à maintenir son aura culturelle, source de prestige mais aussi de développement économique, encore plus que de divertissement.

«A Malley, on a trouvé l’argent de la patinoire grâce à un modèle à trois entités»

C’est donc tout naturellement que Lausanne se tourne vers un Canton en grande forme financière. Un Canton de Vaud, comme elle, gouverné par une majorité de gauche. Mais Lausanne veut aussi impliquer ses voisines. Car les communes de la région profitent aussi largement de l’offre culturelle lausannoise.

En matière de sport, l’idée fait déjà son chemin. A Malley, on a trouvé l’argent de la patinoire grâce à un modèle à trois entités. Il faut que ce type d’alliance canton-communes-agglomération se généralise. Parce que les touristes, tout comme les citoyens, se moquent de savoir où sont les frontières de Lausanne, ville centre aux finances fragiles. (24 heures)

Créé: 03.01.2017, 21h29

Articles en relation

Lausanne est fatiguée de cultiver la région à ses frais

Finances Le financement de Vidy, de Béjart, de l’OCL et de l’Opéra représente 27 millions par an pour la Ville. Trop, disent ses autorités, compte tenu de leur rayonnement cantonal Plus...

Cindy Mendicino, Rubrique Vaud & régions

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les Suisses dindons de la farce du roaming, paru le 24 juin
(Image: Valott) Plus...