Le petit sucre qui doit sauver la retraite

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.» Une maxime à méditer pour réussir à avaler la révision des retraites. Septante francs de plus par mois, voilà qui paraît bien pingre pour les nouveaux rentiers, surtout au regard des sacrifices à consentir. Entre l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes, la hausse de la TVA ou la baisse du taux de conversion qui entraîne la fonte des rentes dans le deuxième pilier.

Mais l’heure n’est plus à la contemplation nostalgique de ce qu’on avait avant. La réalité a changé. En raison du vieillissement de la population et de l’arrivée prochaine des baby-boomers à la retraite, le premier pilier va droit dans le mur. Une réforme est nécessaire et elle a un prix. On devrait même parler des réformes, puisqu’il faudra rapidement remettre l’ouvrage sur le métier.

«L’heure n’est plus à la contemplation nostalgique de ce qu’on avait avant. La réalité a changé»

La question qui se pose, aujourd’hui, c’est donc comment faire passer la pilule, sachant que d’autres révisions ont déjà été assassinées par le peuple. Le parlement avait deux réponses: un bonus de 70 francs d’un côté; une compensation dans le 2e pilier de l’autre. Deux choix dogmatiques entre une hausse de l’AVS, système solidaire cher à la gauche; et une correction dans la prévoyance professionnelle, basée sur la liberté individuelle chère à la droite.

La majorité a tranché pour la première variante. Est-ce la meilleure des solutions? Rien n’est moins sûr. Les deux projets ont leurs inconvénients et leurs avantages. Ce qui est certain, c’est que dans un marché de plus en plus volatil, les prodigieux rendements du deuxième pilier ont disparu. Alors que de plus en plus de caisses de pension voient leurs prévisions à la baisse, nombreux sont les futurs rentiers qui se demandent sur combien ils pourront compter une fois la retraite venue.

Le bonus de 70 francs n’est pas mirobolant, mais il a l’avantage d’exister. Reste à voir s’il suffira à convaincre lors de la votation cruciale du 24 septembre. (24 heures)

Créé: 16.03.2017, 21h21

Florent Quiquerez, correspondant parlementaire (Image: DR)

Articles en relation

Le peuple devra trancher sur l’avenir des retraites

Prévoyance 2020 Le Parlement accepte d’un cheveu la retraite des femmes à 65 ans et la hausse de 70 fr. de l’AVS. Chaque camp fourbit désormais ses armes pour gagner la bataille populaire Plus...

Les 70 francs de bonus AVS en passe de s'imposer

Prévoyance 2020 La réforme des retraites devrait passer in extremis. Le salut est venu des Vert’libéraux. Plus...

La révolte couve contre la hausse de l’âge de la retraite des femmes

Prévoyance 2020 Considérée comme acquise sous la Coupole, la retraite à 65 ans pour les femmes est loin de passer comme une lettre à la poste. Plus...

«Le projet sur la table est à prendre ou à laisser»

Prévoyance 2020 Le sort de la grande réforme des retraites sera tranché jeudi. Le bonus des 70 francs au cœur de l'enjeu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...