Swiss Olympic donne son feu vert à «Sion 2026»

JO d'hiverLes délégués des 36 fédérations des sports olympiques ont, sans surprise, approuvé la candidature de la capitale valaisanne ce mardi.

Le projet doit permettre de susciter un nouvel élan pour les sports d'hiver et le sport en général.
Vidéo: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le monde sportif helvétique a donné son accord définitif avec un enthousiasme impressionnant au lancement de la candidature «Sion 2026. Des Jeux au coeur de la Suisse» pour l'organisation des JO d'hiver 2026 en Suisse. Suivant l'avis du comité exécutif de Swiss Olympic (SOA) exprimé le mois dernier, le Parlement du sport de SOA a dit oui à l'unanimité au projet lors d'une réunion à la Maison du sport à Ittigen (BE). Les délégués des 36 fédérations des sports olympiques affiliés à SOA ont donc sans surprise approuvé la candidature, qui associe les cantons du Valais, Vaud, Fribourg, Berne et les Grisons.

Le projet doit permettre de susciter un nouvel élan pour les sports d'hiver et le sport en général, dans un cadre «à dimension humaine» tel que le prévoit le nouveau concept Agenda 2020 du CIO. Celui-ci souhaite un certain redimensionnement de l'événement, après le gigantisme d'éditions passées comme Sotchi en 2014. Dans ce nouveau contexte, qui remet au centre le développement durable et le concept «d'héritage», les promoteurs de la candidature helvétique estiment avoir toute leur place et de très bons atouts. D'autant que la tendance serait au «retour à la montagne» pour les sites hôtes des JO d'hiver.

L'ensemble des 86 fédérations affiliées à SOA (plus seulement celles des sports olympiques) ont, dans un deuxième temps, logiquement encore approuvé - toujours à l'unanimité!- la contribution de 8 millions de francs de Swiss Olympic pour la phase de candidature internationale, soit un tiers des 24 millions nécessaires (les deux autres tiers étant apportés par la Confédération et les cantons).

«Rupture»

«Il s'agit d'un projet fédéraliste et réalisable, qui regroupe quatre cantons plus un (Valais, Vaud, Fribourg, Berne, plus les Grisons comme canton associé, pour le bobsleigh à St-Moritz)», a relevé le président du comité de candidature Jean-Philippe Rochat. L'avocat vaudois en a appelé à l'«enthousiasme» de l'ensemble du monde sportif et souligné qu'il s'agissait d'un «projet de rupture» par rapport à Sotchi 2014. «Ces JO 2026 offrent une grande opportunité de positionner la Suisse dans le développement durable et de démontrer la qualités de ses infrastructures de transports. Le projet doit aussi permettre de mobiliser le bénévolat et de mieux encore ancrer le sport dans la population suisse», a-t-il notamment relevé.

M. Rochat a évoqué des «Jeux différents». L'Agenda 2020 donne la possibilité d'organiser des JO sur plusieurs sites, il n'y a donc pas besoin de tout construire. Du coup, le budget s'annonce relativement limité (1,5 milliard de francs). Sur cette somme, la CIO doit mettre à disposition 650 millions. De nombreuses infrastructures existent déjà ou seront de toute façon construites, notamment les patinoires.

«Donnons-nous, 78 ans après St-Moritz, la chance d'accueillir encore une fois les JO en Suisse», a lancé encore M. Rochat, qui a donc été largement entendu. Interrogé en marge de la réunion, le chef du sport d'élite de Swiss Athletics, Peter Haas, a estimé que ce projet pourrait avoir des effets bénéfiques pour l'ensemble du sport suisse, pas seulement pour les disciplines hivernales. «Nous devons développer des synergies entre tous les partenaires, et chacun en profitera, comme on le voit déjà avec les passerelles entre l'athlétisme et le bob», a-t-il dit.

Long processus

La route est cependant encore longue pour les promoteurs. Dans moins d'un an, en février 2018, la candidature suisse «Letter of Intent») devra être officiellement déposée auprès du CIO. Auparavant, le Conseil fédéral aura préparé son message sur le financement des Jeux, attendu pour septembre 2017, avant d'être mis en consultation auprès des Chambres fédérales et des cantons, lors du premier trimestre 2018. La décision finale sur le message par le Conseil fédéral est prévue pour mai 2018, les Chambres devant se prononcer lors de la session d'automne 2018 (octobre à décembre 2018). La visite de la commission d'évaluation du CIO est prévue durant l'hiver 2018-19.

Il faudra bien sûr entre-temps convaincre les populations concernées, car un ou des référendums, suivant la hauteur de la contribution demandée aux cantons concernés, pourraient avoir lieu. Le cas échéant, la tenue référendaire est prévue dans la deuxième moitié de l'année 2018.

Enfin, la désignation de la ville hôte des JO 2026 par le CIO sera faite durant l'été 2019. Parmi les concurrents possibles ou probables figurent Stockholm, Innsbruck (AUT) ou encore Calgary (CAN). «Mais le timing, après deux éditions en Asie en 2018 (PyeongChang) et 2022 (Pékin), est bon pour nous», a encore souligné M. Rochat. (si/nxp)

Créé: 11.04.2017, 22h37

Articles en relation

La frilosité pour les JO 2026 relève surtout d’une histoire de gros sous

Jeux olympiques Le parlement du sport dira ce mardi s’il soutient la candidature suisse occidentale aux Jeux d’hiver 2026. Alors que la population semble enthousiaste, les pouvoirs publics le sont un peu moins. Explications. Plus...

Les JO 2026 selon Philippe Leuba

Le candidat PLR au Conseil d'Etat s'exprime sur le dossier des jeux olympiques en Suisse en 2026. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La vague vintage qui déferle n'épargne pas l'électronique de loisir. Du mythique téléphone portable Nokia 3310, réédité en version modifiée, à la console de jeux NES, que Nintendo a ressortie l'an dernier, en passant par le Polaroid, les gadgets cultes de «l'époque» se multiplient et s'arrachent.
(Image: Bénédicte) Plus...