Le FC Bâle a donné une leçon au LS, avec froideur et efficacité

FootballLausanne s’est ménagé les meilleures occasions, mais c’est le visiteur qui a marqué. Voilà qui donne une idée des progrès à réaliser.

Le milieu lausannois Alan Kevin Mendez Olivera, effondré devant le gardien balois Tomas Vaclik. (Samedi 15 avril 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le FC Bâle n’est pas toujours spectaculaire, mais c’est lui qui gagne le plus souvent. Samedi soir, les Rhénans sont venus cueillir à Lausanne leur 23e victoire de l’exercice 2016-2017, loin devant quelques prétendants aux honneurs (Young Boys et Sion) et très loin devant tous les autres concurrents de Super League. Dans le même temps, le LS a perdu quelques illusions. C’est au moment même où il pensait enfin pouvoir accrocher le leader qu’il a connu sa plus grosse déconvenue. «On a eu de la peine à développer notre jeu. On a aussi vu nos lacunes, admettait le milieu de terrain Alexandre Pasche. Il faut qu’on apprenne à être plus réalistes, plus décisifs dans les moments clé. On a manqué de précision. Et contre ce genre d’adversaires, cela ne pardonne pas.» Finalement, même si les trois premières confrontations entre les deux clubs avaient donné lieu à des fins de rencontre assez folles, le constat reste basiquement le même. Urs Fischer l’illustrait d’ailleurs avec un seul mot: «Effizienz.» Un terme qu’on retrouve de façon presque identique en français. Quels que soit le style de jeu et l’envie qu’on peut mettre dans un match, c’est toujours l’efficacité qui, au final, traduit le rapport de force entre deux équipes. Et là, même si le FCB actuel reste assez éloigné de ce qu’il pouvait produire dans ses meilleures années, même s’il manquait samedi plusieurs protagonistes de sa saison (Suchy et Balanta blessés, Delgado et Doumbia restés assis sur le banc des remplaçants), le multiple champion de Suisse garde un fonds de commerce incomparable, du moins au plan national. Une compétitivité qui s’est forgée au fil des ans et des rendez-vous européens, devenue désormais une véritable marque de fabrique qui semble imprégner chacun des joueurs appelés à enfiler le maillot rouge et bleu.

Lausanne s’est donc ménagé samedi cinq occasions nettes, surtout les deux premières de la partie. C’est beaucoup, sûrement bien assez pour terminer avec autre chose que ce large revers (4-0). Mais ni Pak (17e) ni Custodio (36e) n’ont réussi à tromper l’excellent Vaclik. Et la réponse est venue sans tarder, sous la forme de deux buts rhénans: frappe de Lang sur un renvoi de la défense, puis jaillissement de Elyounoussi abandonné au marquage. Le LS était dans le coup, mais soudain n’y était plus. «Effizienz», comme dirait le coach rhénan.

«Dommage de ne pas avoir marqué, de ne pas avoir pu emballer le match et d’avoir ainsi pu voir ce qui se serait passé ensuite», soulignait Fabio Celestini. Un regret légitime, car ce scénario était possible. Encore eût-il fallu que tous se montrent à la hauteur. Or, Campo s’est progressivement éteint et Custodio a perdu un très vilain ballon sur l’action du 3-0, qui mettait fin aux derniers espoirs lausannois.

Pak ne marque plus

Seul en attaque, Pak s’est une fois encore montré irréprochable dans son engagement. Mais il n’a pas réussi à transformer une seule de ses deux grosses possibilités. A la 17e minute, sur un joli service de Campo, il a fixé son défenseur avant d’armer une frappe hors cadre. Et juste après la pause, en bonne position, il a piqué un ballon que Vaclik a pu détourner. Le Nord-Coréen n’a plus trouvé le chemin des filets depuis le 30 octobre (LS - Lucerne 2-3), soit une quinzaine de matches, une éternité. En l’absence de Margiotta, ce manque finit par peser. Torres est trop intermittent et Ben Khalifa était suspendu ce week-end. «Je serais plus inquiet s’il ne se créait pas la moindre occasion, notait Celestini à propos de Pak. Un buteur se manifeste souvent par des séries. La seule chose que nous puissions faire, c’est de lui donner la confiance nécessaire. Nous avons besoin de lui comme nous aurons besoin de tout le monde d’ici à la fin du championnat. Pak travaille ses gammes d’attaquant durant la semaine. Mais les matches, c’est autre chose…»

L’efficacité ne concerne pas uniquement les attaquants à l’approche du but adverse. C’est le fait de tous, dans chaque zone du terrain et à chaque instant du match. C’est une attitude, un choix judicieux, un geste technique qui peut sembler anodin mais qui, réussi, permet d’amorcer une bonne action. Sur 90 minutes, cela fait une somme de détails qui finalement n’en sont pas. Bâle l’a démontré avec son gardien Vaclik, son défenseur Lang ou encore Zuffi à mi-terrain. L’apprentissage du meilleur niveau passe par là, aussi bien sur le plan individuel que collectif. Quant au jeu, ces quatre duels 2016-2017 avec Bâle ont permis au LS de montrer qu’il avait un certain talent, mais aussi des limites qu’il s’agira de repousser la saison prochaine sur la base d’un recrutement plus pointu et d’un rééquilibrage du groupe. En attendant, il faut encore obtenir quelques victoires afin d’assurer le maintien. Ce qui s’est passé samedi n’est qu’une parenthèse malheureuse qui ne devrait pas affecter le rendement de l’équipe, dès dimanche à Sion. Avec ce thème en guise de leitmotiv: efficacité.


Lausanne - Bâle 0-4 (0-2) La Pontaise. 5855 spectatateurs. Arbitre: M. Schnyder. Buts: 37e Lang 0-1, 40e Elyounoussi 0-2, 59e Sporar 0-3, 82e Elyounoussi 0-4. Avertissement: 44e Steffen. Lausanne: Castella; Lotomba, Monteiro, Manière, Diniz; Custodio, Maccoppi (62e Mendez), Pasche; Campo (46e Torres), Pak (56e Margairaz), Kololli. Bâle: Vaclik; Lang, Hoegh, Akanji, Riveros (79e Traoré); Xhaka, Zuffi; Elyounoussi (83e Calla), Fransson, Steffen; Sporar (73e Janko). Notes: Lausanne sans Ben Khalifa (suspendu), Taiwo, Gétaz, Araz, Thomas, Margiotta (blessés); Dominguez, Ming, Da Silva (non convoqués). Bâle sans Serey Die (malade), Bua (blessé); Suchy, Balanta (non convoqués). (24 heures)

Créé: 15.04.2017, 22h07

Articles en relation

Revivez minute par minute le match LS-FC Bâle

Football Cette fois, le Lausanne-Sport n'a pas poussé Bâle dans ses derniers retranchements. Le leader a gagné 4-0 à la Pontaise lors de la 28e journée de Super League sans avoir été sérieusement inquiété. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Tout n'est pas joué pour le 2e tour», paru le 29 avril 2017.
(Image: Valott) Plus...