«Timea Bacsinszky est une excellente ambassadrice»

TennisLa joueuse classée 22e mondiale, intéresse de plus en plus de marques. Deux de ses partenaires expliquent pourquoi ils la soutiennent.

Pacal Widmer, directeur de la succursale de la banque Cramer, Timea Bacsinszky et son agent Alexandre Ahr.

Pacal Widmer, directeur de la succursale de la banque Cramer, Timea Bacsinszky et son agent Alexandre Ahr. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avant de disputer la Fed Cup en Pologne, Timea Bacsinszky était l’invitée dimanche de l’émission alémanique Sport Panorama. Elle s’est exprimée pour la première fois en allemand durant une longue interview. Avec la gentillesse et son sourire qui la caractérisent. Il faut dire que la championne vaudoise s’exprime dans cinq langues et communique très facilement. Que ce soit avec un journaliste sur un plateau télé ou dans la rue avec un jeune ou une grand-maman. C’est sa nature!

Cette simplicité a fait mouche auprès de ses partenaires. Tous ont été touchés par la spontanéité de la joueuse. «Timea n’a jamais changé, témoigne Pascal Aubert, patron de Rico Sports à Pully. Dans les moments où elle était classée à la 285e place mondiale ou aujourd’hui, elle a toujours eu un petit mot sympa pour mon personnel. L’hiver dernier, elle est même venue aux nocturnes pour dédicacer des posters et des photos. Elle l’a fait de façon informelle et nous avons passé une soirée très agréable.» Pascal Aubert fait partie des partenaires qui ont soutenu Timea Bacsinszky dans les bons moments comme dans les instants les plus délicats. «Notre partenariat n’est pas financier, nous cordons ses raquettes (ndlr: une cinquantaine par année) et en échange, nous profitons un peu de sa notoriété. Comme nous avons travaillé avec Wawrinka, Azarenka, Chiudinelli, Lammer ou encore Kratochvil, les clients savent que nous cordons les raquettes d’authentiques champions.»

Valeurs humaines

Timea Bacsinszky compte une dizaine de sponsors. Il y a ceux qui lui offrent des services en nature (matériel, voiture, etc) et ceux qui mettent la main au portefeuille. La banque Cramer fait partie de cette dernière catégorie. Elle a paraphé une entente de deux ans avec la Lausannoise. Le montant reste confidentiel. Ni l’agent de la joueuse, ni la banque n’ont voulu articuler de chiffres. Mais en termes de retombées, le directeur de la succursale lausannoise de l’établissement est aux anges. «Timea est une excellente ambassadrice, s’enthousiasme Pascal Widmer. La première étape de notre partenariat est locale, via une campagne d’affichage et la presse. Timea porte nos couleurs, en l’occurrence notre logo sur ses tenues de jeu. L’idée est de créer des events autour d’elle en fonction de son planning. Nous envisageons d’emmener certains clients à Roland-Garros ou de les inviter lors de conférences avec la joueuse.»

Si les marques choisissent Timea Bacsinszky, c’est avant tout pour les valeurs humaines qui se dégagent de la championne. Dans le cas de la banque Cramer, la signature du contrat est intervenue à la fin de l’été dernier alors que la Vaudoise n'était pas aussi bien classée. Une bonne pioche pour ce sponsor. Depuis, Timea s’est imposée sur plusieurs tournois, a battu des top 10, a fait trembler la numéro 1 mondiale Serena Williams et s’est hissée aux portes de la 20 place WTA.

«Il s’agit d’un investissement financier important pour nous qui émarge de notre budget marketing, poursuit Pascal Widmer. Mais il faut être franc: il s’agit d’un merveilleux retour sur investissement. Nous avons besoin d’une bonne image et d’un beau sourire. Timea a tout cela. Si nous n’avons pas prévu de prime à la performance, la confiance est le ciment de notre relation. Nous ferons en sorte de toujours pouvoir nous regarder en face. Et je pense que le contrat de deux ans que nous avons signé n’est qu’un premier round entre nous.»

Montre et chocolat

Le succès appelant le succès, Alexandre Ahr, l’agent historique de Timea, avoue que l’intérêt est grandissant de la part des marques, depuis quelques mois. «Les contacts sont plus nombreux. Les sponsors montrent plus d’intérêt pour les joueuses du top 100 puisque celles-ci sont assurées de participer aux tournois du Grand Chelem et peuvent ainsi leur offrir une visibilité plus large. Cela dit, nous ne voulons pas changer notre philosophie. Nous privilégions certaines valeurs comme la fidélité et les relations humaines.» La championne de 25 ans qui a engrangé 417 000 dollars en tournois depuis le début de l’année et 1,99 million dans sa carrière devrait conclure de nouveaux partenariats dans les prochains mois. «Elle pourrait par exemple devenir l’ambassadrice d’une marque horlogère ou d’un chocolatier», estime Alexandre Ahr.

(24 heures)

(Créé: 13.04.2015, 22h31)

Mots-clés

Articles en relation

Timea Bacsinszky: «Voir les enfants heureux me donne beaucoup d’énergie»

Tennis Une semaine après avoir mené la vie dure à Serena Williams, la 23e joueuse mondiale a tapé la balle avec les élèves du Collège Champittet. Plus...

«Timea dans le top 10? En tennis tout est fragile, alors prudence»

Tennis Dimitri Zavialoff parle des progrès de sa protégée Timea Bacsinszky, après son beau parcours à Indian Wells. Plus...

«Timea s’est mise dans la peau d’une championne»

Tennis Admiratif, Heinz Günthardt évoque l’irrésistible ascension de la Lausannoise dans la hiérarchie. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Payerne: La lutte à la culotte sous la canicule, dessin paru le 27 août
(Image: Valott) Plus...