La Une | Vendredi 31 octobre 2014 | Dernière mise à jour 22:00
ISLAM

La venue d'un prédicateur suscite la polémique

Mis à jour le 18.11.2012

Le 15 décembre prochain, un prédicateur controversé, le cheikh saoudien Muhammed Al-Arifi, viendra s'exprimer à Fribourg. Des associations alémaniques dénoncent cette venue.

Nicolas Blancho, le Président du Conseil central islamique.

Nicolas Blancho, le Président du Conseil central islamique.
Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

L'homme est connu sur "youtube" pour avoir expliqué comment un bon musulman doit battre sa femme. Il est également l'auteur de propos antisémites et de déclarations insultantes sur les homosexuels et les Danoises, dénoncent des associations alémaniques.

Le cheikh Muhammed Al-Arifi doit s'exprimer le 15 décembre prochain au Forum Fribourg lors de la 2e conférence annuelle du Conseil central islamique suisse (CCIS).

Haine & violence

Or, ce prédicateur salafiste prêche la haine et violence, ont expliqué dans la nuit de samedi à dimanche l'Union suisse des ex-musulmans basée à Berne et le Forum pour la démocratie et les droits de l'homme à Zurich. C'est la raison pour laquelle ils demandent au CCIS de retirer son invitation et aux autorités suisses d'intervenir pour l'empêcher de s'exprimer en public.

Le cheikh est une des vedettes de cette conférence annuelle. Il est devenu célèbre par ses "fatwa" controversées et par une interview TV où il déclare que dans l'Islam, il n'y a pas d'âge minimum pour le mariage d'une jeune fille, a expliqué Kacem El-Ghazzali, président de l'association bernoise. Cette dernière souligne qu'elle est très attachée à la liberté d'expression pratiquée en Suisse.

Sur la chaîne saoudienne Al-Rissala, soutenue financièrement par les autorités religieuses, le cheik a affirmé que les femmes occidentales marieraient des chiens et des ânes et que 54% des femmes danoises ne savaient pas quel était le père de leurs enfants. "Nous condamnons des déclarations racistes et sexistes qui violent l'ordre juridique suisse", ont souligné les deux associations.

"L'art de battre sa femme"

On peut également voir sur "youtube" une vidéo où le cheik explique que si l'homme bat sa femme, les coups doivent être "light" et ne doivent pas rendre son visage laid. "Il y a un juif derrière moi, viens et tues-le", déclare-t-il dans un autre extrait. "Elle marie un chien, un âne et ainsi de suite", affirme-t-il en parlant des femmes danoises.

Sur son site internet, le CCIS annonce sa 2e conférence annuelle au Forum Fribourg "merveilleusement situé sur la frontière linguistique". La conférence "offre aux jeunes et aux moins jeunes un programme varié avec des conférenciers de renom, des récitateurs du Coran et chanteurs Nasheed du monde entier". On peut y voir les portraits et les noms de huit orateurs et chanteurs provenant d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de Tunisie, Allemagne, Etats-Unis, Albanie et France.

"Non à la burqa"

Pour sa part, l'association bernoise avait pris position en 2009 pour l'interdiction de la burqa dans les lieux publics. Elle estime que la Suisse pratique une culture ouverte et que la burqa menace cette culture et va à l'encontre de l'esprit des droits de l'homme. Selon elle, le foulard islamique et le "hijab" sont les étendards d'un mouvement politique hostile aux femmes.

Quant au forum zurichois, il entend encourager les débats de politique et de société à l'Université de Zurich. Il vise en particulier à "analyser et critiquer les sociétés totalitaires et leurs idéologies".

(dapd/Newsnet)

Créé: 18.11.2012, 12h10

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce