Le National refuse une privatisation de Swisscom

SuisseLa privatisation du géant bleu est une vieille revendication du PLR et de l'UDC qui a été régulièrement enterrée par le Parlement.

La motion de Natalie Rickli (UDC/ZH) n'a aucune chance dans un Conseil national pourtant dominé par le PLR et l'UDC.

La motion de Natalie Rickli (UDC/ZH) n'a aucune chance dans un Conseil national pourtant dominé par le PLR et l'UDC. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Swisscom ne sera pas privatisée. Le National a enterré mercredi par 114 voix contre 55 une motion de Natalie Rickli (UDC/ZH) exigeant que la Confédération cède sa majorité des actions dans le capital de l'ex-régie fédérale.

La privatisation du géant bleu est une vieille revendication du PLR et de l'UDC. Le Parlement a jusqu'ici refusé de suivre. Ruedi Noser (PLR/ZH) avait déposé une motion identique à celle de Mme Rickli à la Chambre des cantons. En septembre 2016, il avait préféré la retirer avant le vote pour éviter un échec.

Même le National où PLR et UDC détiennent la majorité ne s'est pas laissé convaincre. La Confédération détient actuellement 50,95 % des actions de Swisscom.

Entraves à la concurrence

Selon Natalie Rickli, l'actuelle situation n'est pas satisfaisante. Swisscom est accusée de ne pas assez investir dans certaines régions. La position dominante du géant bleu est liée à des entraves régulières de la concurrence au détriment de fournisseurs de services privés. La Confédération devrait être intéressée à un marché concurrentiel et innovant, mais elle a aussi besoin que Swisscom soit forte.

Pour la motionnaire, ce conflit d'intérêt est problématique. Il faudrait privatiser réellement la société. La motion n'empêcherait pas la Confédération de rester un actionnaire minoritaire fort, a souligné la démocrate du centre.

Le Conseil fédéral est confronté depuis des dizaines d'années à des demandes de privatisation. La vente de la majorité des actions de la Confédération ne changerait pourtant rien à la position dominante de Swisscom, a averti la ministre de la communication Doris Leuthard. En cas de privatisation complète, plus personne n'aurait intérêt à fournir de liaisons de télécommunication dans les régions éloignées et le citoyen devrait passer à la caisse, a-t-elle ajouté. (ats/nxp)

Créé: 03.05.2017, 12h47

Articles en relation

Swisscom: bénéfice net en hausse sur trois mois

Téléphonie L'opérateur historique a vu son résultat progresser à 373 millions de francs tandis que le chiffre d'affaires net s'est effrité entre janvier et mars. Plus...

Le Conseil fédéral note les CFF, la Poste et Swisscom

Entreprises fédérales Pour le gouvernement, la Poste et Swisscom ont atteint leurs objectifs tels que fixés en 2016. Mais, les CFF restent trop endettés. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...