Le SRC traite 100 infos par jour sur le terrorisme

SuisseLe service de la Confédération est débordé. Il doit traiter plus de 30'000 demandes chaque année. Il réclame plus de personnel pour lutter contre le terrorisme.

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) de Markus Seiler veut plus d'effectifs.

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) de Markus Seiler veut plus d'effectifs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) est débordé. Et il réclame du personnel, comme l'explique la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) dans son édition du 29 novembre.

Le SRC a vu ses effectifs augmentés de 23 places en 2015 sur les 86 postes décidés par le Conseil fédéral pour lutter contre le terrorisme. Or l'embauche a été limitée à fin 2018.

Insuffisant pour le SRC qui explique «traiter près de 100 informations par jour rien que dans le domaine du terrorisme». Donc plus de 30'000 par an, qui doivent être vérifiées. Des chiffres qui ont pris l'ascenseur depuis 2014.

Surveillance internet

Le SRC surveille également beaucoup plus de personnes actives sur les sites djihadistes ou les réseaux sociaux. En 2014, ce sont 290 internautes qui sont apparus sur le radar du SRC. Ce nombre est passé à 400 personnes en 2015 et il est déjà de 480 à la fin octobre 2016.

Cette hausse des activités entraîne une «surcharge de travail très élevée pour les collaborateurs du SRC», confirme la porte-parole Isabelle Graber. Et cette demande d'informations ne s'est pas réduite. «Au contraire, elle est restée élevée et a crû sans cesse après chaque attentat».

Les demandeurs proviennent de tous horizons, qu'il s'agisse de services étrangers partenaires, de sources proches ou encore de citoyens suisses. Le SRC ne donne aucun autre détail mais a reconnu que près de 9000 demandes de renseignements provenaient en 2015 de l'étranger.

D'autres secteurs en pâtissent

Le nombre de demandes d'informations n'est guère pertinent, puisque leur qualité varie fortement. Certaines débouchent toutefois sur des dénonciations du Ministère public de la Confédération (MPC). Une soixantaine font l'objet d'une procédure pour terrorisme ou soutien à une organisation interdite comme Al-Qaida ou l'Etat islamique, avait indiqué récemment Markus Seiler, le patron du SRC.

Mais tout ce travail de vérification engendre une grande charge de travail qui dépasse les forces des 300 postes du SRC. Des priorités ont été fixées à l'interne et des synergies sont à l'étude avec les cantons, Fedpol ou encore le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM).

Le travail généré par la lutte contre le terrorisme pousse le SRC à ses limites et se fait au détriment d'autres secteurs, reconnaît la porte-parole. Si la menace reste aussi élevée, les postes limités à la fin 2018 devront être «impérativement» reconduits pour les années suivantes.

Le Parlement tempère

«Mais pour le moment, le SRC est suffisamment doté», estime le conseiller aux Etats Alex Kuprecht (UDC/SZ). Il préside la délégation des commissions de gestion, qui assure le suivi parlementaire des activités du SRC. S'il devait apparaître que le service doive prolonger les postes en question, on pourra toujours le faire, voir annuler cette limitation, a-t-il ajouté.

C'est en tout cas ce que demande de longue date Pierre Maudet, le conseiller d'Etat genevois chargé du département de la sécurité et de l'économie (DSE). Il réclame une augmentation des 120 places actuellement dévolues à la sécurité des cantons. «Compte tenu de la masse d'informations», elles sont clairement insuffisantes, prévient-il. (nxp)

Créé: 29.11.2016, 10h36

Articles en relation

Le SRC se renforce pour combattre le terrorisme

Suisse Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) disposera dans un an d'un nouvel arsenal de mesures. Plus...

Le SRC sera mieux armé mais mieux surveillé

Votations 25 septembre Si la loi est acceptée par le peuple suisse, le Service de renseignement de la Confédération disposera d'un nouvel arsenal de mesures intrusives. Aperçu. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...