Le Valais aide les victimes de «sextorsion»

Appel d'urgenceLes cas de «sextorsion» sont en augmentation en Valais comme ailleurs. Le canton lance un numéro pour aider les victimes de maître-chanteur à la webcam.

Le valais lance un numéro d'appel pour les victimes de «sextorsion».

Le valais lance un numéro d'appel pour les victimes de «sextorsion». Image: Archives/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Valais espère, avec ce numéro d'urgence, éviter aux personnes piégées de verser de l'argent à des maîtres chanteurs.

Le terme «sextorsion» est une contraction des mots «sexe» et «extorsion». Il décrit un phénomène de plus en plus courant qui consiste à filmer une personne en fâcheuse posture, puis de la menacer de diffuser les images sur Internet si elle ne paie pas une somme d'argent.

«On estime à trente ou quarante le nombre de cas de «sextorsion» par année en Valais. Et cela va croissant», a indiqué Sébastien Fanti, préposé valaisan à la protection des données et à la transparence depuis septembre 2014.

Pour tenter d'enrayer le phénomène, le préposé, également avocat spécialisé dans les nouvelles technologies et l'Internet, propose une série d'outils. Parmi eux, un numéro d'urgence, vraisemblablement le premier du genre en Suisse.

Anonymat garanti

La victime, dont l'anonymat est garanti, s'entretient au téléphone avec le préposé lui-même. «Elle a 99% de chance de ne plus entendre parler du maître chanteur si nous intervenons rapidement et dans le bon ordre», souligne Sébastien Fanti.

Le préposé prendra le contrôle de l'ordinateur de la victime et suivra un processus bien précis. Celui-ci comprend notamment le blocage du contact sur le réseau social en question, le signalement de l'abus à ce même réseau social et la mise en place d'une alerte google.

Service gratuit

Le service aux victimes de «sextorsion» est gratuit. Il fait partie du travail et du budget du préposé, qui n'a de compétences pour agir qu'en Valais, précise Sébastien Fanti.

Divers documents et conseils visant à éviter de nombreux écueils sur la Toile sont disponibles sur le site internet de l'Etat du Valais, à la page du préposé cantonal. Un questionnaire de prévention destiné aux jeunes, mais intéressant également les parents, y figure aussi.

Organisations criminelles

Les victimes de «sextorsion» sont en majorité des hommes, de tout niveau social et souvent quadragénaires. Ils sont généralement contactés sur un réseau social par une femme qui les incite à poursuivre la discussion via un service tel que «Skype».

Cet «appât» féminin les encourage à passer à des actes à caractère sexuel. Une fois les images enregistrées, le chantage peut débuter. «Derrière ces femmes se trouvent le plus souvent des organisations criminelles de type mafieux», précise Sébastien Fanti.

Un tel acte est illégal en Suisse. Il est qualifié de chantage et d'extorsion. Mais la poursuite de ces infractions est souvent difficile, voire impossible, notamment parce que leurs auteurs opèrent depuis l'étranger, en particulier d'Afrique.

Le SCOCI met aussi en garde

Face au nombre croissant de «sextorsion», le Centre suisse de coordination pour la cybercriminalité (SCOCI) met aussi en garde la population. Il explique aux victimes, sur son site, comment faire pour s'en sortir.

Le SCOCI recommande d«interrompre immédiatement le contact avec l«auteur et de ne céder en aucun cas au chantage, peut-on y lire. Car, même après un premier paiement, les criminels continuent généralement d«exiger de l«argent, voire publient les vidéos ou les images en question sur Internet.

Le premier pas est de faire supprimer la vidéo ou la photo de la plate-forme en ligne. Sur Facebook et Youtube, par exemple, les contenus pornographiques sont interdits et peuvent être effacés relativement rapidement si la personne visée les signale.

Le SCOCI incite aussi les victimes à déposer plainte auprès du poste de police de leur lieu de domicile. La poursuite pénale de ce type d«infraction relève de la compétence des autorités cantonales. La cellule recommande de réunir toutes les preuves possibles (données de contact, captures d«écran des conversations, etc.).

(ats/nxp)

Créé: 11.01.2015, 09h24

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...