Le questionnaire «absurde» de faiseurs de Suisses argoviens

IntégrationLa Commune de Buchs refuse de naturaliser une jeune Turque née dans le pays. Tollé.

Funda Yilmaz et son fiancé, Nico.

Funda Yilmaz et son fiancé, Nico. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

--> L'Edito: En finir avec la loterie des naturalisations

Le passeport rouge à croix blanche semblait tendre les bras à Funda Yilmaz, jeune ressortissante turque de 25 ans installée à Buchs (AG). Mais ses connaissances en matière de recyclage et sa préférence pour la Migros ont coulé sa candidature, propulsant la jeune femme au cœur de l’attention politique et médiatique alémanique.

Née en Suisse de parents turcs, Funda Yilmaz a déposé sa demande de naturalisation à Buchs (AG), commune de quelque 6500 âmes où elle vit depuis seize ans. Elle a fait toute sa scolarité en Argovie, parle parfaitement le dialecte, est employée comme dessinatrice en génie civil à Aarau, dans l’entreprise où elle a fait son apprentissage. L’an prochain, elle doit épouser son fiancé, un Suisse. Elle a joué dans un club de foot, pratiqué le karaté.

Un modèle d’intégration, serait-on tenté de dire. C’est ce qui est ressorti du test écrit de citoyenneté, qu’elle a passé avec 100% de bonnes réponses. Mais ce n’est pas l’avis de tous à Buchs.

Il y a trois semaines, une large majorité du Conseil des habitants (Législatif) a refusé la demande de la jeune Turque. Les élus ont suivi le préavis négatif délivré par la commission de naturalisation au terme de deux longs entretiens – quarante-cinq minutes chacun – avec la candidate. Son verdict est sans appel: «Elle (ndlr: Funda Yilmaz) vit dans son petit monde et ne montre aucun intérêt à entrer en dialogue avec la Suisse et sa population», estime l’instance dans sa décision.

La Migros ne suffit pas

Comment la commission est-elle arrivée à cette conclusion? Parmi les huit points mis en avant, certains ont suscité un lot de réactions pour le moins étonnées, si ce n’est effarées. La décision de la commission est «arbitraire», a notamment fustigé le conseiller national socialiste Cédric Wermuth.

La commission reproche, entre autres, à l’aspirante Suisse ses connaissances en matière de recyclage. «Madame Y. ne peut s’exprimer que de manière lacunaire sur le tri des déchets. Nous avons dû la relancer à plusieurs reprises. Elle ne connaît que peu de termes clés (déchets verts, bouteilles en PET)», argumente les faiseurs de Suisses de Buchs. Rayon emplettes, la jeune femme a aussi fait mauvaise impression. Interrogée sur les magasins qu’elle fréquente dans son village, Funda Yilmaz a dit ne connaître «que» la Migros et Aldi, déplore la commission. Autre point à sa charge: ses amis ne vivent pas dans la commune…

Nonante-deux questions

Les critiques ont gagné en ampleur depuis que la Schweizer Illustrierte a dévoilé vendredi le compte-rendu du premier entretien qu’ont fait passer les six membres de la commission de naturalisation – tous de partis bourgeois – à Funda Yilmaz. La jeune femme s’est vue poser pas moins de 92 questions! Connaît-elle un sport typique suisse? Le ski, a-t-elle répondu. Ses interlocuteurs auraient préféré entendre l’hornuss ou la lutte suisse. «Avez-vous déjà passé des vacances en Suisse? Avez-vous fêté le 1er Août? Faites-vous de la marche? Préféreriez-vous visiter Genève ou l’arc lémanique?» lui a-t-il encore été demandé.

A gauche comme à droite, on dit sa consternation. «C’est vraiment absurde!» a réagi la conseillère nationale UDC Natalie Rickli (ZH) sur Twitter. «C’est la commission de Buchs qui vit dans un monde éloigné des réalités», a aussi tweeté Gabriela Suter, députée au Grand Conseil argovien. Sur Facebook, la socialiste écrit qu’il est «temps de faire de la naturalisation un acte purement administratif»: une personne avec le parcours de Funda Yilmaz devrait automatiquement recevoir le passeport suisse, estime-t-elle.

«Les questions posées à Funda Yilmaz sont bêtes. Rien ne s’oppose à sa naturalisation»

Le conseiller aux Etats Philipp Müller critique aussi vertement le refus essuyé par la jeune Turque, et un examen qui ne prouve en rien sa bonne intégration. «Les questions qui lui ont été posées sont bêtes! Il faut des motivations juridiques ou un problème de valeurs pour justifier un avis négatif. Il me semble que rien ne s’oppose à sa naturalisation.» A voir ce qu’en pensera le Conseil d’Etat, saisi d’un recours. «Je ne connais que cette vie (ndlr: en Suisse)», a déclaré Funda Yilmaz.

En plus du passeport suisse, Funda Yilmaz pourrait décrocher une «Pelle d’humour»: le festival de l’humour d’Arosa a informé lundi qu’il nommait Funda Yilmaz parmi les prétendants à ce Prix qui récompense une personnalité qui a gardé le sourire malgré des circonstances difficiles. (24 heures)

Créé: 17.07.2017, 19h25

Articles en relation

Naturalisations: Vaud harmonise les pratiques

Suisse Le conseiller d'Etat Philippe Leuba a présenté jeudi son avant-projet de loi concernant les procédures de naturalisation. Plus...

Un fraudeur du fisc perd sa naturalisation facilitée

Suisse Un Allemand marié avec une Suissesse aurait soustrait au fisc plus d'un million d'euros. Le TF fait marche arrière. Plus...

Les électeurs UDC ont été les seuls opposants à la naturalisation facilitée

Sondage Ils ont massivement rejeté le projet porté par Ada Marra. En revanche, les trois quarts des électeurs bourgeois ont dit oui. Plus...

Trop énervante pour avoir droit au passeport suisse

Intégration Les citoyens d'une commune argovienne refusent la naturalisation d'une militante de la cause animale. Son cas est devant le Conseil d’Etat. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...